var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Essais routiers de voitures Économiques et Écologiques / Mazda CX-9 2021 : plus sportif, moins utilitaire

Mazda CX-9 2021 : plus sportif, moins utilitaire

Mazda CX-9 2021

Le Mazda CX-9 2021 doit se mesurer à des adversaires de taille dans le segment des intermédiaires à trois rangées de sièges, surtout lors des dernières années, alors que le nombre de concurrents a augmenté.

La première génération du multisegment, vendu lors des années-modèle 2007 à 2015, s’est démarquée avec un excellent comportement routier dans une catégorie remplie de véhicules généralement maladroits. Depuis, la concurrence s’est rattrapée à cet égard, alors le CX-9 a dû trouver d’autres façons se de distinguer. Pour y arriver, on mise sur le raffinement et un côté plus luxueux.

Et parmi cette concurrence, on retrouve les Kia Telluride et Hyundai Palisade, le Honda Pilot, le Chevrolet Traverse, le Nissan Pathfinder, le Ford Explorer, le Volkswagen Atlas et le Toyota Highlander, entre autres.

Cette année, le CX-9 obtient quelques changements dans sa liste d’équipement, alors que la version GT bénéficie désormais d’une recharge par induction pour téléphones, l’intégration Apple CarPlay sans fil, le freinage autonome d’urgence arrière et l’alerte de distraction du conducteur. Entre temps, la version Signature propose des garnitures de calandre chromées, de nouvelles jantes de 20 pouces et une sellerie de cuir à motif matelassé avec passepoils.

Également, le Mazda CX-9 2021 est disponible avec deux nouvelles déclinaisons. Basée sur la version GT, l’édition Kuro arbore une apparence noircie avec un choix de deux teintes de carrosserie, dont le nouveau Gris polymétal métallisé, des coques de rétroviseurs noirs, des roues de 20 pouces noires et une cabine habillée de cuir Rouge grenat, entre autres.

Notre modèle à l’essai était l’autre nouveauté, le CX-9 100e anniversaire qui ne sera offert pour l’année-modèle 2021. Basé sur la version Signature, celui-ci arbore une peinture Blanc neige nacré, du cuir Rouge grenat, des tapis protecteurs rouges et quelques autres garnitures exclusives.

Sous le capot, on a toujours droit à un quatre cylindres turbo de 2,5 litres, produisant 227 chevaux et un couple de 310 livres-pied avec de l’essence ordinaire. En passant à l’essence super avec un taux d’octane de 93, les chiffres grimpent à 250 chevaux et 320 livres-pied, mais honnêtement, on peut bien sacrifier quelques chevaux pour une facture beaucoup moins salée à la station-service. Sa consommation mixte ville/route s’élève à 10,5 L/100 km, faisant du CX-9 l’un des moins énergivores du segment, alors que notre essai s’est soldé par une excellente moyenne de 9,8 L/100 km.

On a peu de reproches à adresser à cette motorisation à la fois raffinée et généreuse en couple, permettant un bel équilibre de performances et d’économie. La boîte automatique à laquelle il est associé ne compte peut-être que six rapports, mais exécute bien son travail, et jusqu’à maintenant, les mécaniques Skyactiv de Mazda ont fait preuve d’une grande fiabilité générale. Depuis deux ans, Mazda équipe toutes les déclinaisons du CX-9 du rouage intégral au Canada, qui favorise les roues avant en conduite normale et achemine en quelques millisecondes la puissance au train arrière lors des pertes d’adhérence.

Comme toujours, on apprécie les grandes qualités routières du Mazda CX-9, même si en revanche, le grand multisegment n’affiche pas le roulement le plus feutré de son segment, surtout lorsque chaussé des pneus de 20 pouces à profil relativement bas. On remarque un peu de bruit de suspension s’infiltrant dans l’habitacle, et si certains rivaux font mieux à ce chapitre, ce n’est rien de majeur.

Puisqu’il est question de l’habitacle, celui du Mazda CX-9 2021 profite d’un design à la fois épuré et chic, et parmi les marques populaires, c’est celui qui impressionne le plus. En fait, on pourrait même comparer la finition et la qualité d’assemblage à celles des marques de luxe, Mazda cachant savamment où elle a réalisé des économies. La version 100e anniversaire mélange le rouge, le blanc et le gris, quoique l’on préférerait que les consoles avant et de deuxième rangée soient agencées  avec les sièges. Comme dans toutes les versions du multisegment, la console centrale avant s’élargit près du tableau de bord et notre genou se frotte constamment dessus.

Le CX-9 peut accueillir six ou sept passagers selon la déclinaison choisie, et si l’espace est suffisant, des rivaux comme le Traverse et le Pilot sont plus logeables, avec un accès à la troisième banquette plus facile. Même son de cloche concernant l’espace de chargement, avec un volume de 1 082 litres derrière la deuxième rangée et 2 017 lorsque tous les sièges arrière sont rabattus. Quand on le compare à ses rivaux, on se rend compte que son gabarit plus petit limite sa polyvalence, alors que le Pilot affiche un volume de 3 092 litres, le Traverse 2 781 litres et l’Altas, 2 741. En fait, l’aire de chargement du Mazda est la plus petite du segment.

Quant au système multimédia Mazda Connect, il commence à prendre de l’âge, et si son fonctionnement semble complexe, après un bout de temps, on apprivoise l’aspect intuitif de la molette multifonction et la disposition des menus à l’écran. Les graphiques pourraient certainement être plus modernes et la vitesse d’exécution du système pourrait être augmentée, mais autrement, l’interface est bien conçue.

Se détaillant à partir de 40 000 $ avant les frais de transport et de préparation, la version 100e anniversaire au sommet de la gamme coûtant 53 350 $, on apprécie le Mazda CX-9 2021 pour son côté luxueux et son raffinement à prix abordable, ainsi que son design extérieur et intérieur séduisant. Il est peu gourmand et son caractère dynamique agrémente la conduite au quotidien. Par contre, il faut réaliser que ce multisegment n’est pas le plus pratique de sa catégorie, et il y aurait quelques améliorations à apporter dans l’habitacle.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut
?php $exemple_metas = get_post_custom(); if(isset($exemple_metas['make'][0]) && $exemple_metas['make'][0]!= '' && !is_category() && !is_home()){ echo("var make ='".$exemple_metas['make'][0]."';"); }else{ echo("var make ='';"); } ?> var sponsor ='';