var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Essais routiers de voitures Économiques et Écologiques / Hyundai Elantra 2021 : l’éternelle troisième place

Hyundai Elantra 2021 : l’éternelle troisième place

Hyundai Elantra 2021


  • La Hyundai Elantra 2021 se détaille à partir de 17 899 $ avant les frais de transport et de préparation.

  • Habitacle spacieux, consommation dérisoire, version N Line intéressante.

  • Design extérieur audacieux, version N Line manque de caractère, taille du coffre moyenne.


La Hyundai Elantra 2021 a été redessinée de fond en comble afin de continuer d’affronter ses rivales dans le segment des voitures compactes qui, il faut l’avouer, rétrécit d’année en année. Alors que la berline de la marque coréenne entame sa septième génération, la variante cinq portes à hayon mord la poussière au Canada et aux États-Unis.

Depuis un bon bout de temps, l’Elantra figure au troisième rang des voitures les plus vendues au Canada, et malgré tout ce que Hyundai tente de faire pour attirer plus d’acheteurs, sa compacte semble incapable de rattraper les Honda Civic et Toyota Corolla sur les deux plus hautes marches du podium. De plus, la baisse générale des ventes de voitures au profit des utilitaires fait en sorte que les Hyundai Tucson et Hyundai Kona ont tous les deux dépassé l’Elantra sur le palmarès du constructeur.

Cependant, être confortablement installée en troisième place, ce n’est pas mauvais non plus.

La Hyundai Elantra 2021 arbore un nouveau design extérieur, misant sur la tendance du moment avec sa ligne de toit fuyante, ou ce que l’on appelle en anglais « fastback ». Ses plis dans la carrosserie lui confèrent un style origami, jouant sur les triangles et les formes angulaires. Le résultat est distinct, audacieux même, alors qu’au premier regard, on doit réaliser que la forme concave dans les portes avant est intentionnelle, et non une bosse causée par un panier d’épicerie en fuite au centre commercial. Soulignons le travail des stylistes qui ont su créer une voiture qui ne se fond pas le paysage automobile.

Afin d’apporter plus de caractère à la Hyundai Elantra 2021, on a introduit la version N Line, qui remplace l’ancienne Elantra Sport, mais avec un design sportif plus affirmé. La N Line se démarque des autres déclinaisons avec ses garnitures noires, ses blocs optiques fumés, sa calandre noire, son mince béquet sur le coffre et ses roues en alliage de 18 pouces exclusives.

Ce qui n’a pas changé se retrouve sous le capot. Le quatre cylindres atmosphérique de 2,0 litres de l’ancienne génération demeure au poste, développant 147 chevaux et pouvant être jumelé à soit une boîte manuelle à six rapports, soit une automatique à variation continue, ou ce que Hyundai appelle IVT pour Intelligent Variable Transmission.

Avec cette dernière, la consommation mixte ville/route de la Hyundai Elantra 2021 s’élève à 6,7 L/100 km, et même à 6,4 dans le cas de la déclinaison Essential de base. En ce moment, c’est la berline compacte non hybride la moins énergivore, consommant quelques dixièmes de moins que la Civic et la Corolla, mais aussi la Nissan Sentra, la Subaru Impreza, la Volkswagen Jetta, la Mazda3 et même la Kia Forte qui partage sa mécanique avec l’Elantra.

Et puisque des motorisations hybrides sont disponibles dans la Honda Insight ainsi que dans les Toyota Prius et Corolla, Hyundai a décidé d’en proposer une dans la nouvelle Elantra. Emprunté directement de la Hyundai IONIQ et du Kia Niro, ce quatre cylindres de 1,6 litre assorti d’un moteur électrique et d’une boîte automatique à six rapports développe 139 chevaux et un couple de 195 livres-pied. Sa consommation mixte de 4,4 L/100 km bat celles des deux autres compactes hybrides (4,5 pour la Corolla et la Prius, 4,9 pour l’Insight). Quand même.

Dans l’Elantra N Line essayée, on profite d’un quatre cylindres turbo de 1,6 litre, développant 201 chevaux ainsi qu’un couple de 195 livres-pied entre 1 500 et 4 500 tr/min, géré par une boîte automatique à sept rapports avec double embrayage. Avec sa motorisation identique à celle de l’ancienne Elantra Sport, les performances sont intéressantes, même si au final, la N Line ne possède pas la fougue ni le caractère de la Jetta GLI et sa plus grosse cylindrée. En revanche, la Hyundai est plus abordable, et lors de notre essai, nous avons observé une moyenne de consommation de 6,4 L/100 km, franchement mieux que la cote mixte officielle de 7,6 L/100 km.

Bien que l’édition Ultimate de la Hyundai Elantra 2021 propose en option un impressionnant tableau de bord orné de deux écrans de 10,25 pouces, soit un affichage pour le conducteur et un écran tactile pour le système multimédia, le reste de la gamme présente de cadrans analogiques et d’un écran tactile de huit pouces, ce qui est tout de même appréciable. L’intégration Apple CarPlay et Android Auto figure de série dans toutes les versions de la berline, et la chaîne audio comprend de quatre à huit haut-parleurs, selon la déclinaison choisie. Côté ergonomie des commandes, on n’a pas de reproches à adresser, à part peut-être le bouton de modes de conduite, maladroitement logé à gauche de l’affichage du conducteur.

L’habitacle de l’Elantra est le deuxième plus spacieux de son segment, surpassant de quelques litres celui de la toute nouvelle Honda Civic 2022, et à quelques litres de celui de l’Impreza. On profite du plus grand dégagement pour la tête à l’avant, pour les jambes à l’arrière, alors que son coffre de 402 litres figure dans la moyenne des berlines de sa taille.

La Hyundai Elantra se détaille à partir de 17 899 $ avant les frais de transport et de préparation, pour la version de base munie de la boîte manuelle, du climatiseur et des sièges avant chauffants. À 23 339 $, la version Preferred équipée de l’ensemble soleil et technologie représente quant à nous la meilleure valeur, la voiture étant pourvue d’un toit ouvrant, d’un climatiseur automatique bizone, d’une clé intelligente, d’un volant chauffant et de nombreux aides à la conduite sécuritaire, y compris la surveillance des angles morts. À 27 599 $, l’Elantra N Line n’est pas une aubaine, mais profite du moteur turbo, de roues de 18 pouces ainsi que de sièges sport habillés d’un mélange de tissu et de cuir avec surpiqûres rouges. Une Jetta GLI à boîte automatique coûte presque 5 000 $ de plus.

N’oublions pas la Hyundai Elantra N qui s’amène également. À ne pas confondre avec la N Line, l’Elantra N propose la même motorisation que la Veloster N, soit un quatre cylindres turbo de 2,0 litres développant 275 chevaux. Elle serait bientôt dévoilée, selon les dires du constructeur, mais il faut s’attendre à un prix dépassant les 30 000 $.

Très stylisée, spacieuse et confortable, peu énergivore, la Hyundai Elantra 2021 frappe dans le mille encore une fois pour les acheteurs de berlines compactes à prix abordable. Le problème, s’il en est un, c’est qu’elle doit affronter des voitures tout aussi compétentes dans son segment, des valeurs sûres qui parviennent à se vendre davantage au Canada, mais l’Elantra représente un achat tout aussi intelligent.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut
?php $exemple_metas = get_post_custom(); if(isset($exemple_metas['make'][0]) && $exemple_metas['make'][0]!= '' && !is_category() && !is_home()){ echo("var make ='".$exemple_metas['make'][0]."';"); }else{ echo("var make ='';"); } ?> var sponsor ='';