var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Essai routier / Audi A3 2.0 TFSI S-Line 2015, l’émerveillement

Audi A3 2.0 TFSI S-Line 2015, l’émerveillement

Il y a des choses dans la vie que l’on sait qui vont être bonnes, très bonnes même. Avant de mettre la main sur l’Audi A3 2.0 TFSI, j’avais entendu mes collègues en faire l’éloge et simplement à la lecture de ses caractéristiques, je me disais qu’il était impossible qu’Audi n’ait pas atteint leur objectif.

Audi A3 2.0T S-Line 2015

Audi A3 2.0T S-Line 2015

Il y a des choses dans la vie que l’on sait qui vont être bonnes, très bonnes même. Avant de mettre la main sur l’Audi A3 2.0 TFSI, j’avais entendu mes collègues en faire l’éloge et simplement à la lecture de ses caractéristiques, je me disais qu’il était impossible qu’Audi n’ait pas atteint leur objectif. …

Evaluation Sommaire

Habitacle - Espace
Habitacle - Style
Sur la route - Confort
Sur la route - Performance
Sur la route - Agrément de conduite
Consommation d'essence
Hiver

Votre évaluation: 3.06 ( 4 votes)

Maintenant que j’ai passé une semaine à son volant, un seul mot me vient à l’esprit, émerveillement. Il est rare de voir un produit dont l’équilibre soit si proche de la perfection. Il y a bien quelques petits défauts ici et là comme le prix, mais pour ce qui est de la voiture, la barre est haute et ce peu importe contre qui elle entre en compétition.

100 % Audi

Est-ce que l’on peut être trop Audi? C’est une question qui se pose. Si l’on m’avait demandé d’imaginer une berline plus petite que l’A4, j’aurais probablement dessiné une copie de l’A3. Est-ce que l’on manque d’originalité? Malheureusement, je pense que oui. J’ai eu beau écouter de long en large le discours de Dany Garand au dernier Salon de l’auto de Montréal essayer de nous convaincre des éléments distinctifs de l’A3, elle a l’air de n’importe quelles Audi. Ce n’est pas une tare en soi, les Audi sont de magnifiques produits, mais à quelques exceptions près leurs seules variations se mesurent en pouces et non pas en style.

On retrouve certaines caractéristiques comme le crochet en DEL qui sont propres à l’A3, mais éteintes, on récupère exactement la même configuration que l’A4, L’A6 et presque l’A8. Garand a aussi insisté sur le pli à l’épaule qui longe le profil, soutenant qu’il donne une belle profondeur et un effet d’étirement avec un jeu de lumière.

À l’arrière, les feux sont plus minces et légèrement plus larges avec une barre éclairante intégrée qui différencie l’A3 de la compétition. Il n’y a pas de doute, cette A3 est une vraie Audi qui prend sa place dans son segment avec une affirmation forte de quelle famille elle vient. Une chose est claire, cette voiture ne pourra pas passer pour une Acura ILX, une Mercedes-Benz CLA ou même une Buick Verano.

L’esprit d’un concept

Audi connaît ses symboles forts. L’un de ceux-ci est la TT. On retrouve donc cet esprit dans la présentation intérieure de l’A3. La planche de bord est fortement dépouillée sinon épurée au maximum. On restreint les touches à quelques commandes en position en dessous de la bande décorative en aluminium. On y concentre les poussoirs pour la climatisation. Tout le reste trouve sa place dans le système MMI qui se manipule assez aisément par une molette avec quelques boutons aux alentours. On peut également écrire du bout du doigt la lettre ou le chiffre que l’on désire et le programme comprend facilement même si l’on n’a pas de talent de calligraphe.

L’ergonomie demande une certaine familiarisation, mais rien d’insurmontable. On jouit d’une excellente visibilité avec une exceptionnelle position de conduite. Même si c’est la plus compacte des Audi, on maintient fermement la sensation de prestige propre à la marque. Il s’agit là de son plus grand avantage par rapport à la CLA de Mercedes-Benz qui tombe court sur ce point. Évidemment, la qualité de la fabrication et des matériaux est au-dessus de tout reproche. Là encore, c’est une vraie Audi, sans concession.

Concernant le volume intérieur, on paie le prix de sa petitesse. On se sent légèrement à l’étroit, même une fois notre posture bien adaptée à notre corps. La console centrale est massive et les sièges étriqués. Attention aux gros gabarits. Là où l’on subit le plus le contrechoc, c’est à l’arrière. L’ouverture est limitée et l’espace d’autant plus. Un adulte aura de la difficulté à y trouver son compte, aussi pour de courtes distances. Les dégagements sont restreints tant pour les jambes que pour la tête et ne pensez pas trimbaler une cinquième personne. Pour ce qui est du coffre, on arrive avec une superficie à 348 litres ce qui est nettement inférieur à la CLA qui en propose 470.

L’extase

Mécaniquement, Audi est un maestro. On retrouve dans ma version d’essai le 2.0T dont la puissance atteint les 220 ch et un couple de 258 lb-pi. Certains diront que ce n’est pas un chiffre astronomique, mais chaque cheval est mis à contribution et s’exécute à la perfection. La vélocité est en crescendo dès le moment où le turbo entre en jeu. On ajoute à cela la rapidité de la transmission à double embrayage qui est absolument parfaite. Ce n’est pas un monstre de vitesse, mais le mélange du moteur et de la boite automatique est, comme c’est généralement le cas chez Audi et Volkswagen avec un 2.0T, extraordinaire.

Pour augmenter encore plus cet équilibre, on propose le système de traction intégrale quattro. En route vers le chalet où je ne voyais ni ciel ni terre, l’A3 voulait foncer sans ne jamais s’arrêter. Bien malheureux, c’est la faible visibilité qui me retint. Dès l’éclaircissement, cette A3 m’a monté à quel point c’est une merveille de technologies.

À prendre en note

L’A3 procure une réellement satisfaction au volant. Elle est solide comme le roc, merci à la plate-forme MQB qui est miraculeuse. Peu importe les conditions, c’est une voiture qui inspire la confiance. La direction est pointue et la qualité du rouage impeccable. Les suspensions s’orientent plus vers la sportivité que la douceur de roulement, mais on suit l’esprit dynamique insufflée à cette berline. Sur la route, c’est un sans fautes absolues, la perfection.

Conclusion

Audi nous refuse la version à hayon 5 portes, mais il faut dire que la berline est plus qu’une simple consolation. C’est l’une des meilleurs produits que j’ai mise à l’essai en 2014 et elle figure définitivement sur ma liste des véhicules hautement recommandable. Son seul gros défaut, le jeu des options catapulte le prix vers ceux de l’A4 à une vitesse effrénée. Cette belle que j’avais se détaillait à plus de 47 000 $. Audi ou pas, c’est encore une petite voiture pour un tel prix.

Audi A3 2.0T S-Line 2015: 47 200 $

Moteur : L4 2.0 litres turbo

Puissance : 220 chevaux de 4 500 à 6 200 tr/min

Couple : 258 lb-pi de 1 500 à 4 200 tr/min

Transmission : Automatique à six rapports à double embrayage

Consommation (Ville) : 9.8 l/100km

Consommation (Route) : 7.1 l/100 km

Consommation (Observée) : 8.5 l/100 km

Images Audi A3 2.0T S-Line 2015

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut
?php $exemple_metas = get_post_custom(); if(isset($exemple_metas['make'][0]) && $exemple_metas['make'][0]!= '' && !is_category() && !is_home()){ echo("var make ='".$exemple_metas['make'][0]."';"); }else{ echo("var make ='';"); } ?> var sponsor ='';