var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Essais routiers de voitures Économiques et Écologiques / Mazda MX-5 2021 : il faut bien se gâter un peu

Mazda MX-5 2021 : il faut bien se gâter un peu

Mazda MX-5 2021


  • La Mazda MX-5 2021 se détaille à partir de 33 200 $ avant les frais de transport et de préparation.

  • Agrément de conduite indéniable, fiabilité éprouvée, consommation dérisoire.

  • Habitacle étriqué, porte-gobelets encombrants, visibilité vers l’extérieur problématique (avec le toit remonté bien sûr)


On a travaillé toute notre vie, ou une partie de notre vie, et c’est le temps de se récompenser. Pourquoi pas une voiture? Une qui soit amusante à conduire et qui puisse nous permettre de profiter du soleil durant nos étés qui sont toujours trop courts. Voilà la raison d’être de la Mazda MX-5 2021.

Ce qu’elle offre également, c’est la tranquillité d’esprit, car elle jouit d’une fiche de fiabilité quasi parfaite, contrairement à d’autres voitures sport beaucoup plus capricieuses et coûteuses.

La Mazda MX-5 2021 est disponible avec un toit souple sans assistance électrique, mais aussi un toit rigide rétractable à commande électrique. Équipée de ce dernier, la MX-5 se veut une voiture plus chic et plus luxueuse, mais franchement, on aime bien la simplicité du toit souple, qui s’abaisse et se relève rapidement, avec peu d’effort physique. Et ce, pendant que nous sommes assis au volant.

Cette quatrième génération de la MX-5 a été conçue avec la collaboration de Fiat qui, initialement, cherchait à commercialiser sa propre version sous la bannière Alfa Romeo, selon les dires. Finalement, le constructeur italien a plutôt décidé de lancer la Fiat 124 Spider, qui n’est malheureusement plus en vente en Amérique du Nord depuis l’an dernier.

La Mazda MX-5 2021 se retrouve donc avec très peu de rivales. Parmi elles, on pense à la MINI Cabriolet, la Subaru BRZ et la Toyota GR 86, même si ces deux dernières ne sont évidemment pas des décapotables. On peut aussi considérer la Ford Mustang et la Chevrolet Camaro, certes bien différentes, mais affichant des prix similaires.

Sans surprise, la MX-5 est loin d’être un monstre de puissance. Son quatre cylindres atmosphérique de 2,0 litres produit 181 chevaux et un couple de 151 livres-pied, des chiffres modestes par rapport à ceux de sa concurrence, à l’exception de la MINI. Côté consommation, la voiture affiche un cote mixte ville/route de 8,1 L/100 km avec la boîte manuelle, 7,9 L/100 km avec l’automatique, alors que l’essence super est exigée. Lors de notre essai, nous avons obtenu une moyenne de 6,7 L/100 km avec un trajet majoritairement composé de routes de campagne.

Avec un poids de seulement 1 066 kg, ou 1 116 kg dans le cas de la MX-5 RF à toit rétractable, les performances sont tout de même intéressantes, sans être à couper le souffle. Tel que mentionné plus tôt, on peut encore profiter d’une boîte manuelle, pour ceux qui y trouvent encore son utilité.

Là où la Mazda MX-5 2021 se reprend, c’est au chapitre du comportement routier. Elle profite d’une direction incisive, d’un bas de centre de gravité et d’un parfait équilibre, nous permettant d’attaquer les routes sinueuses avec confiance, et nous amuser pleinement sans rouler au-dessus de notre talent de pilote et des limites de vitesse. En plus de cette grande agilité, son petit gabarit la rend facile à stationner au centre commercial, bien que la visibilité vers l’extérieur avec le toit remonté soit un tantinet problématique.

En fait, le plus gros problème, c’est justement sa petitesse. L’habitacle de la MX-5 est étriqué, et même si l’on peut facilement trouver une bonne position de conduite, il y a peu de place pour se mettre vraiment à l’aise ou s’étirer lors des longs trajets. C’est soit la voiture parfaite pour visiter la Gaspésie en couple pour dévorer les routes de campagne, soit une voiture trop peu spacieuse et inconfortable pour d’autres. Mais ça, on peut le deviner tout de suite en voyant ses dimensions. Quant au coffre, son volume de 130 litres, ou 127 litres dans la version RF, peut accommoder un sac de golf ou deux sacs souples pour un voyage d’une fin de semaine.

Il y a d’autres désagréments concernant l’étroitesse de l’habitacle. Les porte-gobelets sont détachables et l’on peut les accrocher soit près du genou gauche du passager, soit près des coudes sur le tunnel central, mais ils sont toujours encombrants. Les espaces de rangement sont petits et peu nombreux. Le système multimédia Mazda Connect, bien que facile à utiliser grâce à la molette multifonction, commence sérieusement à montrer son âge et son écran tactile ne l’est plus lorsque la voiture est mouvement – afin de réduire les distractions au volant, il faut l’avouer.

En revanche, l’instrumentation est claire et facile d’utilisation, la qualité d’assemblage est franchement excellente et la voiture donne l’impression d’être solide comme le roc.

Affichant un prix de départ de 33 200 $ avant les frais de transport et de préparation, la Mazda MX-5 2021 en déclinaison GS n’est pas vraiment une aubaine, mais en considérant ce qu’il reste sur le marché en matière de voitures sport, c’est une facture somme toute raisonnable. La MX-5 RF est offerte à partir de 40 200 $, et une RF GT tout équipée fait grimper le total jusqu’à 47 200 $. Pour le millésime 2021, une édition 100e anniversaire avec une peinture et des garnitures exclusives est également disponible à partir de 44 800 $, mais au moment d’écrire ces lignes, il est possible qu’elles soient toutes vendues. Honnêtement, une version GS de base à toit souple ferait notre bonheur.

La MX-5 n’est évidemment pas une voiture polyvalente, alors que son atout principal c’est l’agrément de conduite. C’est une petite décapotable qui rend les belles journées encore plus ensoleillées, toujours prête à dévorer les routes entortillées. Surtout, si l’on s’en procure une comme voiture secondaire, elle n’est pas trop chère à l’achat et ses coûts d’entretien sont raisonnables, sans compter qu’elle jouit d’une solide réputation de fiabilité. Pas étonnant qu’elle soit encore sur le marché quelque 30 ans après son introduction en 1989. Il faut bien se gâter un peu, non?

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut
?php $exemple_metas = get_post_custom(); if(isset($exemple_metas['make'][0]) && $exemple_metas['make'][0]!= '' && !is_category() && !is_home()){ echo("var make ='".$exemple_metas['make'][0]."';"); }else{ echo("var make ='';"); } ?> var sponsor ='';