var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Essais routiers de voitures Économiques et Écologiques / Toyota Sienna 2021 : la fourgonnette écologique

Toyota Sienna 2021 : la fourgonnette écologique

Toyota Sienna 2021


  • La Toyota Sienna 2021 se détaille à partir de 39 990 $ avant les frais de transport et de préparation.

  • Consommation dérisoire, bon comportement routier, beaucoup d’espaces de rangement.

  • Sièges arrière non amovibles, puissance sous la moyenne du segment, accoudoirs avant peu confortables.


Il ne reste que quelques fourgonnettes sur le marché canadien, faute d’intérêt des consommateurs qui, il faut l’avouer, ne veulent pas se faire voir au volant d’un véhicule résolument familial. Et ce, malgré sa polyvalence indéniable. La Toyota Sienna 2021 fraîchement redessinée cherche à renverser la vapeur et se débarrasser de cette malheureuse réputation.

Car un autre désavantage des fourgonnettes, c’est leur consommation d’essence généralement élevée. Alors tant qu’à faire, on se tourne plutôt vers les gros véhicules utilitaires à la mode, mais qui ne sont pas aussi volumineux ni nécessairement moins ennuyants à conduire. La nouvelle Sienna corrige cette importante lacune, puisqu’elle est désormais équipée de série d’une motorisation hybride.

Celle-ci comprend un quatre cylindres atmosphérique de 2,5 litres, jumelé à un moteur électrique – ou deux dans le cas d’une version à rouage intégral – et d’une boîte automatique à variation continue avec gestion électronique. La puissance totale s’élève à 245 chevaux, légèrement sous la moyenne de segment qui mise sur des moteurs à six cylindres, et la capacité de remorquage s’élève à 1 588 kilogrammes ou 3 500 livres, soit presque similaire à celle de ses rivales, dont la Kia Carnival, les Chrysler Grand Caravan et Pacifica ainsi que la Honda Odyssey.

Toutefois, les accélérations de la Toyota Sienna 2021 ne sont pas vilaines du tout, grâce au couple abondant à bas régime fourni par le moteur électrique principal, prêtant main-forte au moteur à combustion. Et de toute façon, sommes-nous si pressés avec les enfants et le chien à bord?

La nouvelle Sienna est une hybride non rechargeable, donc aucunement éligible pour des rabais gouvernementaux à l’achat ou la location de véhicules électrifiés. La Chrysler Pacifica propose une motorisation hybride rechargeable et une batterie de grande capacité, lui permettant de profiter d’un rabais allant jusqu’à 13 000 $ avant taxes au Québec.

Toutefois, il faut investir au moins 55 000 $ dans le cas de la Pacifica hybride, alors que la Toyota Sienna 2021 se détaille à partir de 39 990 $ avant les frais de transport et de préparation. Alors côté prix, la Toyota se trouve légèrement avantagée, même sans profiter d’un incitatif gouvernemental.

Deux autres atouts pour la Sienna : elle ne consomme en moyenne que 6,5 L/100 km en conduite mixte ville/route, contre 8,0 L/100 km pour la Chrysler une fois sa batterie atteignant son niveau de charge minimal. Et en ajoutant la transmission intégrale pour un supplément de 2 000 $, la moyenne grimpe marginalement à 6,7 L/100 km. La Pacifica hybride rechargeable n’est pas livrable avec un rouage intégral.

En revanche, la Chrysler est plus intéressante si nos déplacements sont courts et si l’on profite d’une borne de recharge au bureau, par exemple. Sa batterie permet des trajets en mode 100 % électrique estimés à 51 km, alors on pourrait passer plusieurs jours, voire semaines sans devoir ajouter une goutte d’essence. Et au Québec, les véhicules rechargeables sont autorisés à rouler dans les voies de covoiturage, même si l’on est seul au volant, et sont exemptés de certaines routes à péage, comme le Pont de l’A25 sur la Rive-Nord de Montréal, par exemple.

Lors de notre essai de la Toyota Sienna 2021, en déclinaison Limited à rouage intégral (avec PDSF de 58 190 $), on a plutôt décidé d’effectuer un aller-retour de Montréal à Kingston en Ontario, au cours duquel on a observé une moyenne de 6,5 L/100 km. Pour une fourgonnette à sept ou huit passagers (sans toute la famille et les bagages à bord, toutefois), la Toyota est étonnamment écoénergétique.

La motorisation n’est pas le seul point positif de la nouvelle Sienna. Cette dernière est notablement plus engageante à conduire que toutes les générations précédentes, et s’avère solide sur la route grâce à sa nouvelle plate-forme partagée avec d’autres véhicules de la marque. Une bonne note aussi sur le silence de roulement sur la route.

La finition de l’habitacle est fort respectable, particulièrement dans le cas de la version Limited, alors que le design est chic avec quelques touches de similibois et de surfaces satinées. On retrouve de nombreux espaces de rangement, que ce soit des vide-poches ou pour déposer un sac à main. Par contre, les appuie-bras centraux sont minces et peu rembourrés, devenant inconfortables sur de longs trajets, et le bouton pour activer le système de caméras est maladroitement situé à la gauche du volant.

Le système multimédia comprend toutes les fonctionnalités auxquelles on s’attend, y compris l’intégration Apple CarPlay et Android Auto. L’écran tactile est hors d’atteinte pour certains conducteurs, une distraction en conduisant, mais au moins, on retrouve des boutons physiques pour accéder rapidement aux menus principaux du système.

Quant aux places arrière, les sièges de la deuxième rangée sont coulissants afin de faciliter l’accès à la troisième rangée. Cette dernière se replie facilement dans le plancher, comme dans toutes les fourgonnettes sur le marché. Sur papier, la capacité de chargement maximale passe de 4 022 à 2 860 litres par rapport à la génération sortante, et s’avère de loin la moins volumineuse des fourgonnettes à ce chapitre.

Cela s’explique par les sièges de deuxième rangée qui ne sont plus amovibles (à moins de carrément les déboulonner). Il faut dire que ces sièges sont généralement très lourds à détacher et à sortir du véhicule, et bon nombre de propriétaires ne les sortent jamais. Derrière la deuxième rangée, on a droit à 2 129 litres, un volume surpassé par celle de toutes les concurrentes.

La Toyota Sienna 2021 n’est pas parfaite. Elle est moins logeable qu’avant, alors qu’on retrouve quelques défauts au chapitre du confort et de l’ergonomie. En revanche, son prix est raisonnable, elle propose une meilleure qualité de roulement et un meilleur agrément de conduite, et surtout, elle est de loin la moins énergivore du segment. Il s’agit toujours d’une fourgonnette, un véhicule traînant l’image d’un véhicule peu sexy, mais au moins, on peut déplacer la grande famille sans dépenser une fortune à la pompe.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut
?php $exemple_metas = get_post_custom(); if(isset($exemple_metas['make'][0]) && $exemple_metas['make'][0]!= '' && !is_category() && !is_home()){ echo("var make ='".$exemple_metas['make'][0]."';"); }else{ echo("var make ='';"); } ?> var sponsor ='';