var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Essais routiers de voitures Économiques et Écologiques / Chevrolet Blazer 2022 : écolo ou pas?

Chevrolet Blazer 2022 : écolo ou pas?

Chevrolet Blazer 2022


  • Le Chevrolet Blazer 2022 se détaille à partir de 39 398 $, frais de transport et de préparation inclus.

  • Consommation mixte ville/route du moteur quatre cylindres turbo de 2,0 litres : 9,9 L/100 km.

  • Consommation mixte ville/route du moteur V6 de 3,6 litres : 11,0 L/100 km.


Le Chevrolet Blazer 2022 est l’un de sept véhicules utilitaires actuellement proposés par la marque au nœud papillon, se positionnant en plein milieu du groupe au chapitre du gabarit et du prix. La génération actuelle a été introduite pour le millésime 2019, mais son nom est évidemment bien connu, ayant été lancé en 1969.

À cette époque, le Chevrolet Blazer était un VUS pleine grandeur doté d’un rouage 4×4, prêt pour l’aventure et un rival du Ford Bronco, entre autres. Aujourd’hui, question d’être de son temps, c’est plutôt un utilitaire urbain visant à transporter la famille, sans aucune prétention d’être un tout-terrain.

Bien sûr, les puristes se sont manifestés, et lorsque le peuple américain a appris que le Blazer serait construit au Mexique — là où plusieurs produits des fabricants américains sont pourtant construits — on s’est révolté une fois de plus. Le multisegment intermédiaire à cinq passagers s’est donc fait remarquer à son lancement, pour les raisons mentionnées ici, mais aussi par son design résolument sportif, mais qu’en est-il de son aspect écologique?

Le Chevrolet Blazer 2022 est disponible au Canada en quatre déclinaisons. Le Blazer LT peut être livré avec un rouage à traction ou intégral, et dispose d’un quatre cylindres turbo de 2,0 litres, produisant 228 chevaux et un couple de 258 livres-pied, assorti d’une boîte automatique à neuf rapports. En optant pour le rouage intégral, on peut équiper le LT d’un V6 de 3,6 litres développant 308 chevaux et un couple de 271 livres-pied. Les variantes Grande expédition, RS et Premier sont tous équipés de série du moteur V6 et de la transmission intégrale.

La motorisation de 2,0 litres convient à la tâche, grâce à son couple se manifestant entre 1 500 et 4 000 tr/min. Avec le rouage intégral, il affiche des cotes ville/route/mixte de 10,8 / 8,7 / 9,9 L/100 km, ce qui n’est pas mal du tout. En fait, le Blazer à moteur de 2,0 litres consomme moins que le Ford Edge, le Hyundai Santa Fe et le Volkswagen Atlas Cross Sport, munis de cylindrées similaires, et un dixième de litre de plus que le Jeep Cherokee. Dans ce créneau, on compte aussi le Toyota Venza, Kia Sorento et Santa Fe avec leurs motorisations hybrides plus écoénergétiques. Les Sorento et Subaru Outback consomment moins que le Blazer avec leurs moteurs de base de 2,5 litres, mais sont moins puissants.

Toutefois, le V6 de 3,6 litres est un bien meilleur choix dans le Chevrolet Blazer 2022, convenant parfaitement à son caractère sportif. De toute façon, outre dans la finition de base, on ne peut choisir autre chose. On profite bien de sa puissance et sa sonorité est appréciable aussi, alors que la boîte travaille convenablement à tirer le maximum de la puissance lorsqu’on lui demande. Si le V6 consomme raisonnablement sur la grand-route, il est plus glouton en circulation urbaine, affichant des cotes de 12,6 / 9,2 / 11,0 L/100 km. Le Blazer V6 est moins énergivore que les Honda Passport et Atlas Cross Sport munis de moteurs à six cylindres, mais plus que les Nissan Murano et Jeep Cherokee à moteur V6, et le Subaru Outback à moteur turbo de 2,4 litres. Lors de notre essai, on a observé une moyenne de 10,6 L/100 km.

Chevrolet Blazer 2022

Sur la route, le Chevrolet Blazer 2022 se conduit drôlement bien, avec une tenue de cap solide, une direction tout juste bien dosée et une suspension alliant confort et habileté dans les courbes. De plus, le diamètre de braquage relativement étroit facilite les manœuvres de stationnement, mais les larges piliers gênent la visibilité. Il faut noter ici que si le Blazer est agréable à conduire, ce n’est pas un bolide pour autant, et n’a pas été conçu pour dévorer les routes de campagne. Sportif dans l’âme et en apparence surtout. Il ne peut rivaliser le Ford Edge ST, beaucoup plus dynamique et le seul utilitaire axé sur les performances dans la catégorie.

En plus d’être plus performant, le Blazer V6 comprend un attelage de remorque de série, permettant une capacité maximale de 2 041 kg ou 4 500 livres – nez à nez avec le Cherokee V6. On doit préciser que si l’on inclut le Cherokee dans ce groupe malgré sa taille compacte, c’est que son prix se compare davantage à ceux des intermédiaires. Le Passport et l’Atlas Cross Sport peuvent tirer jusqu’à 2 268 kilogrammes.

Chevrolet Blazer 2022

Contrairement aux transmissions intégrales de la concurrence fonctionnant sans intervention du conducteur, celle du Blazer peut être réglée en mode traction ou intégral à l’aide d’une molette sur la console centrale. L’été ou quand la route est sèche, le mode traction permettra de maximiser l’économie de carburant alors que le mode intégral appliquera la puissance aux quatre roues de façon constante. Le mode Sport aiguise la réactivité de la mécanique et profite du rouage intégral pour optimiser l’adhérence au décollage ou dans les courbes, alors que le mode hors route modifie les paramètres de la sensibilité de l’accélérateur, de la répartition du couple aux quatre roues ainsi que de l’antipatinage et le programme de stabilité.

Côté design, le Blazer dans les déclinaisons LT et Grande expédition a l’air plutôt dénudé, et c’est pourquoi l’on recommande les ensembles Minuit ou Sport avec leurs jantes en alliage noir, leurs calandres noircies et leurs coques de rétroviseurs noirs. Ou bien l’ensemble Distinction qui ajoute des roues de 20 pouces et une finition sinistre plus poussée à peu de frais. Le Blazer RS est le plus joli du groupe, alors que le Premier est le mieux équipé du quatuor.

L’habitacle, inchangé depuis l’arrivée du Blazer pour l’année-modèle 2019, n’est pas des plus chics, mais compense avec certains détails intéressants, comme les buses d’aération surdimensionnées sur la planche centrale, doublant de rhéostats pour régler la température. On note une bonne ergonomie des commandes, un bon confort des sièges, et beaucoup d’espace dont un plancher plat pour les occupants arrière. L’aire de chargement figure toutefois parmi les plus petites du segment. La qualité d’assemblage et le choix des matériaux sont honnêtes sans être spectaculaires.

Le freinage autonome d’urgence avec détection de piétons, l’avertissement et la prévention de sortie de voie ainsi que les feux de route automatiques font partie de l’équipement de série, alors que la surveillance des angles morts est incluse dans toutes les déclinaisons sauf celle de base. Le régulateur de vitesse intelligent et le système de caméras à 360 degrés sont toutefois réservés aux versions RS et Premier, en option de surcroît.

Quant au système multimédia, son utilisation est facile grâce à de grosses zones de bouton sur l’écran tactile, avec une disposition des menus très claire et peu distrayante en conduisant. Toutefois, à huit pouces de taille, ledit écran est un peu petit aux standards d’aujourd’hui, mais cela changera bientôt alors que le Blazer 2023 adoptera un affichage de 10 pouces, en plus de retouches esthétiques à la carrosserie, de nouvelles jantes en alliage et de nouvelles couleurs, entre autres.

Se détaillant entre 39 398 $ et près de 60 000 $ en ajoutant toutes les options installées à l’usine, transport et préparation inclus, le Chevrolet Blazer 2022 affiche un prix de base plus élevé que ceux des Murano, Santa Fe et Edge. Notre Blazer Grande expédition avec l’ensemble Distinction, muni d’un volant qui n’est même pas gainé de cuir, coûte 47 093 $, avec un rapport prix-équipement peu spectaculaire. Tant qu’à faire, aussi bien payer 2 000 $ de plus pour obtenir la version RS au style plus affirmé et munie d’une chaîne audio plus élaborée, des sièges en cuir, d’une instrumentation numérique pour le conducteur, d’un volant chauffant, d’un hayon à commande électrique et bien plus.

Écolo ou non, le Chevrolet Blazer? À moins d’opter pour la déclinaison de base plutôt dégarnie, la seule pouvant être équipée du moteur de 2,0 litres, ce n’est pas le cas. Le moteur V6 n’est pas très gourmand par rapport à la concurrence, mais l’absence de motorisations hybrides n’aide pas la cause de cet utilitaire non plus. Pour un Blazer franchement écolo, il faudra attendre le millésime 2024 alors qu’une version 100 % électrique sera introduite sur le marché.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut
?php $exemple_metas = get_post_custom(); if(isset($exemple_metas['make'][0]) && $exemple_metas['make'][0]!= '' && !is_category() && !is_home()){ echo("var make ='".$exemple_metas['make'][0]."';"); }else{ echo("var make ='';"); } ?> var sponsor ='';