Plus d’un véhicule sur cinq déclaré perte totale; le coût des réparations pointé du doigt

accident

  • L’âge moyen des véhicules aux États-Unis est désormais de 12,5 années.

  • La technologie à bord des véhicules est à la base de ces coûts élevés de réparation.


 

L’automobile moderne est de plus en plus complexe. La technologie embarquée ne se limite plus à une seule paire de coussins gonflables pour assurer un minimum de sécurité. De nos jours, les systèmes de sécurité et d’aide à la conduite sont démocratisés, ce qui veut dire que l’aide au maintien dans la voie et le régulateur de vitesse intelligent ne sont que deux parmi une foule interminable d’innovations qui augmentent le niveau de sécurité à bord d’un véhicule.

Il y a toutefois un bémol à cette injection de technologie à bord des véhicules : le coût des réparations à la suite d’un accident. Selon l’agence Bloomberg, plus d’un véhicule sur cinq est déclaré perte totale à cause des frais exorbitants de réparation.

Un véhicule accidenté est très souvent envoyé chez le recycleur parce que les coûts de réparation excédent la valeur de la voiture immédiatement avant l’accident, moins le produit attendu de la récupération.

Il faut toutefois ajouter un élément non négligeable : l’âge des voitures. En effet, la flotte nord-américaine est vieillissante, notamment parce que les automobilistes conservent leur véhicule plus longtemps, et ce, à cause de plusieurs facteurs. Selon l’agence S&P Global, l’âge moyen des voitures aux États-Unis a atteint un seuil record l’an dernier, soit 12,5 années.

Les modèles très récents sont également la proie de ces décisions d’assureurs, notamment parce que leur niveau d’équipement installé autour du véhicule est très élevé. Lorsque ces appareils sophistiqués doivent être remplacés, les coûts augmentent de manière drastique.

L’une des hypothèses qui expliquent pourquoi le nombre d’accidents ne diminue pas vraiment, c’est que les conducteurs se fient un peu trop à ces dispositifs de sécurité.

La firme Copart Inc., interrogée par Bloomberg, va même plus loin en prévoyant une proportion au-delà des 21 % (de véhicules envoyés au recycleur) enregistrés lors du premier trimestre de 2024 aux États-Unis. En effet, la compagnie qui se spécialise dans le recyclage et la revente de véhicules endommagés croit que cette proportion pourrait grimper à 30 %.

Quant à la proportion de VÉ déclarés « perte totale », elle n’est pas encore très élevée, mais avec tout l’arsenal installé dans ces véhicules électriques et leur popularité sans cesse croissante, les véhicules 100 % électriques pourraient également se retrouver souvent au ferrailleur local.

Articles Récents

Autres articles

Laisser un commentaire

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Choix de consentement