Nissan et Honda pourraient travailler ensemble sur des VÉs abordables

Nissan Concept Chill-Out | Photo: Nissan
  • Cela pourrait permettre aux deux compagnies de faire compétition aux constructeurs chinois.

  • Nissan veut développer une nouvelle plateforme et une mécanique qui pourrait être partagées avec Honda.

  • Honda n’a pas encore commenté sur ce possible partenariat.

Selon des sources au sein de Nissan qui ont parlé à Nikkei Asia, un partenariat avec Honda pourrait être en cours afin de concurrencer les VÉ chinois abordables.

À l’heure actuelle, les constructeurs automobiles chinois progressent sur le marché des VÉ abordables, car ils lancent de nouveaux modèles dans le monde entier à des prix nettement inférieurs à tout ce que les constructeurs japonais, américains ou européens sont en mesure de proposer.

La Chine est ainsi devenue l’an dernier le premier exportateur mondial d’automobiles pour la première fois, dépassant le Japon.

En ce qui concerne le Japon, le constructeur automobile chinois BYD représentait à lui seul 20 % des importations de véhicules électriques du pays en janvier, moins d’un an après avoir lancé son premier modèle dans le pays.

Afin d’éviter que les véhicules électriques chinois ne deviennent encore plus populaires dans les années à venir, Nissan souhaite s’associer à Honda pour développer une nouvelle plateforme et des groupes motopropulseurs qui seront utilisés pour des VÉ abordables.

Selon Nikkei Asia, ce partenariat pourrait permettre aux deux entreprises de travailler sur des technologies communes en matière de batteries et de véhicules, mais il pourrait également être utilisé pour renforcer le pouvoir de négociation avec les fournisseurs qui fabriqueront le prochain groupe motopropulseur e-Axle de Nissan, que Honda pourrait également utiliser.

Concept Honda Saloon | Photo: Honda

Ces deux méthodes devraient contribuer à réduire les coûts de développement et de production pour Honda et Nissan, leur permettant ainsi de vendre des VÉ de manière rentable à un prix qui pourrait concurrencer BYD et d’autres fabricants chinois.

Pour l’instant, Honda n’a pas commenté cet éventuel partenariat, et nous ne savons donc pas s’il voit une telle décision d’un œil aussi favorable que Nissan.

Quoi qu’il en soit, Nissan et Honda devront tous deux accélérer le lancement de nouveaux modèles électriques s’ils veulent conserver leur part de marché au fur et à mesure de l’arrivée de nouveaux véhicules électriques sur le marché, car aucun d’entre eux n’est un acteur puissant dans ce segment.

En effet, les seuls VÉ de Nissan sont l’Ariya, qui n’est pas éligible aux crédits d’impôt américains, et la vieillissante Leaf, qui sera remplacée plus tard dans la décennie.

Pire encore, Honda n’a actuellement aucun véhicule électrique à proposer aux acheteurs nord-américains, puisque son premier modèle, le Prologue 2024, développé et fabriqué par General Motors, n’est pas encore arrivé chez les concessionnaires.

Source : Nikkei Asia

Articles Récents

Autres articles

Laisser un commentaire

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Choix de consentement