Mazda CX -30 2024 : écolo ou pas?

Mazda CX-30 2024


  • Le Mazda CX-30 2024 se détaille entre 30 245 $ et 42 795 $ au Canada, frais de transport et de préparation inclus.
  • Engageant à conduire, design superbe, consommation d’essence raisonnable.
  • Pas le plus logeable de sa catégorie, système multimédia demandant une période d’apprentissage, visibilité vers l’extérieur problématique.

À la recherche d’un multisegment sous-compact donnant l’impression d’être vendu par une marque de luxe, mais au prix de celui d’une marque populaire? Le Mazda CX-30 2024 est certainement une option.

Sans être une aubaine, il s’avère toutefois abordable et bien des gens pourraient penser qu’il nous a coûté plus cher, alors qu’il marche sur la ligne entre les marques de masse et de luxe. Au fil des ans, Mazda s’est discrètement haussée dans ce que l’on pourrait appeler la catégorie haut de gamme.

Pour le millésime 2024, le CX-30 reçoit quelques changements. D’abord, on a introduit l’Édition Suna au sommet de la gamme avec son apparence assombrie. Basée sur la version GT à moteur turbo, elle inclut exclusivement la peinture Sable de zircon métallisé et les sièges en similicuir terracotta et noir, et se trouve aussi équipée de jantes en alliage noires de 18 pouces.

La version GX délaisse le moteur de 2,0 litres en faveur du bloc de 2,5 litres figurant dans les GS et GT, et perd les essuie-glaces à capteur de pluie, la radio HD, la fente de carte SD permettant d’activer le système de navigation et la prise de courant de 12 volts. La version GS obtient le freinage autonome d’urgence à basse vitesse avec détection de piétons alors que son ensemble Luxe gagne un système multimédia à écran de 10,25 pouces – tactile lorsque l’on utilise Apple CarPlay/Android Auto. Le CX-30 GT ajoute l’écran tactile de 10,25 pouces, la recharge de téléphones sans fil et des ports USB-C supplémentaires.

Le CX-30 concurrence le Buick Encore GX, le Chevrolet Trailblazer, le Dodge Hornet, le Honda HR-V, le Hyundai Kona, le Kia Seltos, le MINI Countryman, le Mitsubishi RVR, le Subaru Crosstrek, le Toyota Corolla Cross et le Volkswagen Taos.

Mazda CX-30 2024

Les GX, GS et GT misent sur le quatre cylindres atmosphérique de 2,5 litres et de la boîte automatique à six rapports, développant 191 chevaux et un couple de 186 livres-pied, alors que le rouage intégral figure de série depuis quelques années maintenant. Les cotes de consommation ville/route/mixte sont établies à 9,0 / 7,1 / 8,2 L/100 km, figurant parmi les plus écolos de la catégorie.

En option dans la GT, de série dans l’Édition Suna, le quatre cylindres turbo de 2,5 L génère 227 chevaux et un couple de 310 livres-pied en l’abreuvant d’essence ordinaire, ou 250 chevaux et 320 livres-pied en le gâtant avec de l’essence à taux d’octane de 93.

Si la motorisation de base du Mazda CX-30 2024 fait amplement l’affaire, étant plus puissante que celles dans la majorité des rivaux dans le segment, le bloc turbo ajoute à l’agrément avec des performances plus relevées. Cela dit, la différence se sent surtout quand on adopte une conduite sportive, et le couple maximal, généreux sur papier, semble moins impressionnant en conduite réelle. Bref, le moteur turbo représente une valeur ajoutée, mais n’est pas une option incontournable. Lors de notre essai hivernal de la version GT à moteur turbo, principalement composée de trajets urbains, nous avons observé une moyenne de 10,3 L/100 km.

Le CX-30 avec son moteur de base est efficace, mais sans apport hybride, il n’est pas le choix tout indiqué pour les gens cherchant à consommer le moins possible. Le Toyota Corolla Cross propose une motorisation hybride drôlement plus écolo alors que le très coûteux Hornet R/T mise sur une motorisation hybride rechargeable pour être vraiment peu gourmand en essence.

Puisqu’il s’agit d’un Mazda, on peut s’attendre à un excellent comportement routier, avec une suspension réglée pour les routes sinueuses et une direction parfaitement bien dosée pour rendre la conduite engageante. Le CX-30 figure parmi les plus amusants du segment avec le Hornet, le Countryman et le Taos.

Grâce à son design élégant, le Mazda CX-30 2024 peut passer pour un véhicule issu d’une marque de luxe, et au premier coup d’œil, la présentation de l’habitacle appuie cette impression. Les stylistes ont créé une atmosphère épurée et chic, alors que les commandes exhibent une sensation de solidité. On ne tente pas ici d’égayer les passagers avec des écrans mur à mur.

Le système multimédia avec sa molette multifonction a été conçu pour être intuitif, et surtout pour éviter d’être distrayant à utiliser en conduisant. Toutefois, on a besoin d’un certain temps pour apprivoiser la disposition des menus et l’opération de la molette, mais au moins, les boutons entourant cette dernière permettent d’accéder plus rapidement aux menus principaux. Le nouvel écran de 10,25 pouces devient tactile lorsque l’on utiliser Apple CarPlay et Android Auto, mais il est loin sur la planche de bord, et l’on doit s’étendre le bras pour appuyer dessus – ce que Mazda voulait éviter en premier lieu afin de rester concentré sur la route devant. Mais bon, les acheteurs veulent un écran tactile, et ils l’obtiennent.

Si les occupants assis à l’avant sont à l’aise et profitent de sièges confortables, ceux assis en arrière risquent d’être moins heureux. Le dégagement pour les jambes est adéquat tout au plus, mais la personne assise au centre se frottera la tête plafond. L’aire de chargement se range sous la moyenne du segment avec un volume de 572 litres les sièges arrière relevés, 1 280 litres avec les dossiers rabattus. Le CX-30 n’est pas un véhicule idéal pour transporter la famille, du moins, par rapport à plusieurs rivaux plus gros et plus logeables. De plus, la surface vitrée n’est pas très grande, limitant la visibilité vers l’extérieur. Au moins, l’habitacle est moins étriqué que celui de la Mazda3.

Le Mazda CX-30 se détaille entre 30 245 $ et 42 795 $, frais de transport et de préparation inclus. L’équipement de série comprend les sièges avant chauffants et la surveillance des angles morts, mais pour obtenir le volant chauffant, la climatisation automatique à deux zones, les bouches de ventilation aux places arrière et le freinage autonome d’urgence, il faut passer à la version GS, disponible à partir de 33 545 $.

Au final, le Mazda CX-30 2024 s’avère un joli petit multisegment amusant à conduire, affichant un habitacle bien ficelé et une bonne fiche de fiabilité. En revanche, il n’est pas des plus logeables, la visibilité vers l’extérieur pourrait être meilleure et si l’on ne jure que par Apple CarPlay ou Android Auto, le système multimédia n’est pas le mieux adapté pour faciliter leur utilisation. Côté écolo, le CX-30 est peu énergivore, malgré l’absence de motorisations électrifiées, et le moteur de base fait amplement l’affaire.

Articles Récents

Autres articles

Laisser un commentaire

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Choix de consentement