Le président de Stellantis déclare qu’il n’y a pas de projet de fusion avec Renault


  • Des rumeurs d’une nouvelle fusion sont apparues au cours du week-end.

  • L’opération aurait pu donner naissance au quatrième constructeur automobile mondial.

 


Le président de Stellantis a démenti que le constructeur automobile envisageait une fusion. Cette annonce fait suite à des spéculations selon lesquelles le constructeur automobile serait en pourparlers en vue d’une éventuelle fusion avec Renault.

 

« Il n’y a aucun projet de fusion avec d’autres constructeurs en cours d’examen », a déclaré John Elkann, par l’intermédiaire de Reuters.

 

C’est le journal italien Il Messaggero qui, le premier, a fait état de la possibilité d’une fusion. Le journal a rapporté que le gouvernement français étudiait un projet de fusion entre les deux constructeurs. Le gouvernement français est le premier actionnaire de Renault. Il détient également une participation dans Stellantis, née de la fusion de Fiat Chrysler et du groupe PSA, qui possédait notamment Peugeot et Citroën.

 

Selon Reuters, l’opération se heurterait à des problèmes antitrust. Il y aurait également des problèmes liés aux pertes d’emplois résultant du fait que toutes les grandes marques de constructeurs automobiles français feraient partie de la même entreprise.

 

Le rapport indique également que Stellantis a essuyé les foudres du gouvernement italien pour avoir agi à l’encontre des intérêts du pays. Le ministre italien de l’Industrie a évoqué la possibilité que l’Italie prenne une participation dans Stellantis afin d’exercer une plus grande influence sur les activités de l’entreprise.

Articles Récents

Autres articles

Laisser un commentaire

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Choix de consentement