Karma construira les camions de livraison B-ON dans son usine de Californie

Véhicules électriques de livraison B-ON | Photo: Karma
  • Karma et B-ON travaillent ensemble pour fournir des véhicules de livraison électriques aux marchés Nord et Sud-Américains.

  • B-ON est un constructeur allemand de véhicules électriques commerciaux légers.

  • Karma continue de construire une berline de luxe basée sur l’ancienne Fisker Karma.

Karma Automotive et B-ON ont annoncé un partenariat qui verra le constructeur américain construire des VÉ commerciaux légers dans son usine de Californie.

B-ON est une entreprise allemande spécialisée dans les véhicules de livraison électriques du dernier kilomètre, c’est-à-dire les petits camions et fourgonnettes commerciaux.

Avec la popularité croissante des VÉ, les véhicules de flotte électriques, notamment ceux utilisés pour les livraisons en ville, suscitent de plus en plus l’intérêt des entreprises du monde entier.

C’est pourquoi B-ON pense que les marchés nord et sud-américains ont un fort potentiel en termes de ventes pour ses produits.

Pour rendre ses véhicules électriques commerciaux légers plus compétitifs aux États-Unis, au Canada et en Amérique du Sud, B-ON doit les fabriquer localement afin d’éviter les droits d’importation spéciaux et d’économiser sur les frais de transport.

C’est là que Karma entre en scène. En effet, le petit constructeur automobile bénéficie d’une usine en Californie qui peut produire jusqu’à 30 000 véhicules par an, ce qui est bien plus que le nombre de VÉ de luxe qu’il peut vendre dans le même laps de temps.

Au cours de chacune des cinq dernières années, l’entreprise n’a livré que quelques centaines d’unités de la Revero ou de la GS-6.

Cette capacité de production inutilisée sera donc affectée aux véhicules B-ON, dont la préproduction commencera en juillet.

Suivra ensuite un lot limité de modèles 2023, avant le début de la production à grande échelle en 2024, une fois que B-ON se sera fait connaître des acheteurs potentiels de ce côté-ci de l’Atlantique.

En plus de l’aider à pénétrer deux nouveaux marchés, l’entreprise affirme que ce nouveau partenariat pourrait l’aider à répondre à la demande pour ses véhicules, dont elle prévoit qu’elle dépassera la production maximale de ses usines allemandes.

Du côté de Karma, ce partenariat pourrait également être important afin de fournir une deuxième source de revenus qui l’aidera à poursuivre le développement de nouveaux modèles.

Articles Récents

Autres articles

Laisser un commentaire

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Choix de consentement