Essai Routier Subaru BRZ 2013 – Il manque juste un peu de puissance

[divider]

La Subaru BRZ 2013 est le mouton noir de la famille Subaru. Alors que ces frères sont tous dotés de la traction intégrale symétrique de série, la BRZ, elle, est une propulsion. C’est un modèle qui partage l’entièreté ou presque de ces composantes avec un rival éternel en Toyota, et contrairement aux autres produits Subaru (sauf les WRX et WRX STI), la BRZ affiche une silhouette époustouflante qui fait tourner les têtes.

Essai-Routier-Subaru-BRZ-2013-8

En effet, la BRZ n’est pas une Subaru comme les autres. C’est un modèle qui met l’emphase sur l’agrément de conduite en suivant la philosophie de Colin Chapman, fondateur de Lotus, qui préférait les voitures légères et dynamiques aux véhicules dotés de moteurs très puissants.

Habitacle

L’intérieur de la Subaru BRZ 2013 ne ressemble en rien aux autres produits Subaru, ce qui est rare pour ce manufacturier qui aime bien partager l’élaboration de ses habitacles entre ses divers modèles. Celui de la BRZ est plutôt identique à la Scion FR-S et affiche un côté sportif indéniable avec des sièges au support latéral bien présent, des coutures rouges sur les sièges ainsi que sur le volant et le levier de la transmission, et des pédales en aluminium.

Essai-Routier-Subaru-BRZ-2013-42

Malgré le fait que la voiture est très basse, le dégagement pour la tête était en mesure d’accueillir mes 6 pieds 1 pouce sans trop de difficulté même si les entrées et sorties requièrent quelques contorsions. Les deux places arrière sont quant à elles réservées à une utilisation occasionnelle par des enfants. Le coffre affiche un volume de 190 litres ce qui n’a rien d’impressionnant, mais vous pourrez tout de même faire quelques emplettes au volant de la Subaru BRZ 2013.

Un écran tactile de 6.1 pouces est livré de série et permet d’accéder au système de navigation, lui aussi offert de série, le système de téléphonie Bluetooth, le système audio avec radio satellite SiriusXM et j’en passe. En réalité, la Subaru BRZ 2013 est très bien équipée de série, mais il est décevant de constater la liste d’équipement réserver à la version Sport-tech plus dispendieuse : la climatisation automatique à deux zones, l’accès sans clé avec démarrage par bouton-poussoir et les sièges chauffants. Je crois que plusieurs auraient préféré avoir ces éléments de série et le système de navigation et la radio SiriusXM en option, mais bon.

En route

L’appelation BRZ signifie Boxer Rear-drive Zenight. Il y a certainement du marketing dans ce nom, mais l’on y retrouve également quelques explications sur le comportement de la voiture. En premier lieu, la Subaru BRZ est une propulsion et non un véhicule à traction intégrale. Déjà, l’on peut constater que nous n’avons pas affaire à une Subaru traditionnelle. Ensuite, le terme Boxer fait référence à la configuration du moteur 2.0 litres de la BRZ. Finalement, le terme Zenight démontre les aspirations des ingénieurs de la voiture qui veulent en faire le summum des voitures à moteur de type Boxer (à plat).

Essai-Routier-Subaru-BRZ-2013-13

Celui de la Subaru BRZ 2013 développe 200 chevaux et 151 lb-pi de couple. La pleine puissance est atteinte à 7 000 tr/min tandis que le couple maximal est livré à 6 400 tr/min. Ce ne sont pas des chiffres qui feront peur à votre adversaire sur le quart de mille. À basse vitesse, il manque assurément de punch et ce n’est qu’en faisant grimper l’aiguille du compte-tour que l’on commence à ressentir un peu plus de mordant.

Les ingénieurs de Subaru répondront que l’on n’achète pas une BRZ pour sa puissance, mais plutôt pour sa conduite. Et à cet égard, la BRZ ne déçoit pas, surtout si vous vous retrouvez sur une route sinueuse. C’est là que la raison d’être de cette petite Subaru devient claire. Le volant est un charme à prendre en main et la direction est très précise.

Avec la Subaru BRZ, l’on a l’impression de ne faire qu’un avec la voiture. Avec un tout petit mouvement de la main, il est possible de positionner la voiture parfaitement et d’aborder la majorité des courbes avec le sourire collé aux lèvres. C’est un bolide de la même trempe que la Lotus Élise ou encore la Mazda MX-5 au sens qu’il privilégie la légèreté et le dynamisme et non les performances, et c’est bien parfait ainsi.

Quand on n’est pas occupé à repousser les limites de la voiture sur un circuit où que l’on veuille simplement se rendre au travail le matin, la BRZ peut être un tantinet brusque et bruyante, mais ce n’est pas exagéré. Par contre, ceux et celles qui l’achètent simplement pour ses lignes et sa réputation pourraient regretter. Il faut réellement apprécier la conduite dynamique pour être heureux avec une Subaru BRZ 2013 dans son entrée de cour.

Essai-Routier-Subaru-BRZ-2013-15

Économie d’essence

Avec ce type de voiture, la consommation d’essence dépendra du comportement que vous adoptez au volant. Pour aller chercher une puissance convenable, il faut monter en régime et en demander toujours plus au moteur, ce qui aura un effet néfaste sur l’économie de carburant.

Par exemple, lors des premières journées de ma semaine d’essai avec la BRZ, j’ai voulu évaluer les performances de la voiture et je me suis retrouvée avec une consommation moyenne de 12.6 litres aux 100 kilomètres. Par contre, une balade paisible sur l’autoroute à 100 km/h a permis d’afficher une moyenne de consommation de 7.1 litres aux 100 kilomètres.

Au final, l’ordinateur de bord affichait une économie d’essence moyenne de 9.6 litres aux 100 kilomètres. Selon Subaru, ce chiffre équivaut à la consommation moyenne en ville tandis que sur l’autoroute, l’économie moyenne serait de 6.6 l/100 km.

J’ai eu énormément de plaisir avec la Subaru BRZ et j’ai rarement porté attention à l’économie d’essence. Pour toutes ces raisons, une économie moyenne en dessous de 10 l/100 km est raisonnable.

Conclusion

La Subaru BRZ 2013 n’est pas un modèle qui fera augmenter de façon significative le revenu du manufacturier nippon. Mais les produits Subaru ont toujours bénéficié d’une réputation de voiture amusante à conduire et la BRZ vient solidifier cette réalité. En plus, elle est très belle et elle se fait remarquer à peu près partout où elle passe. Elle ne plaira pas à tout le monde, mais ceux qui préfèrent aller dans une courbe plutôt que sur une ligne droite vont l’adorer.

[divider]

[review]

Articles Récents

Autres articles

Laisser un commentaire

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Choix de consentement