Essai Routier Mazda CX-90 2024 : Pas tout à fait fini

2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre

Mazda CX-90 2024, point fort :

– Style haut de gamme à partir de la version GT.

– L’habitacle est magnifique, luxueux et spacieux.

– Le moteur à 6 cylindres en ligne a du punch et une bonne sonorité.


Mazda CX-90 2024 Points faible :

– Le système hybride léger semble inachevé ou mal réglé.

– La qualité de roulement est décevante, dure et peu raffinée.

– La consommation réelle sera plus élevée que celle annoncée.


Je crois que l’on peut affirmer sans risque que le tout nouveau CX-90 2024 est et sera le porte-étendard de Mazda pour les années à venir. En tant que tel, il peut servir de modèle pour les futurs véhicules Mazda à tous les égards, du design aux technologies en passant par l’évolution du groupe motopropulseur.


Le groupe motopropulseur Hybride Léger : des bas et un haut

2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre

Je vais être brutalement honnête et dire que j’espère que la technologie hybride légère de la CX-90 ne reviendra pas dans sa forme actuelle, car elle semble inachevée ou sous-développée. Voici comment je peux décrire au mieux ce que j’ai vécu : il restait six mois aux ingénieurs pour finaliser le réglage, la programmation et la fonctionnalité, mais quelqu’un a mis fin au développement pour une raison ou une autre avant qu’ils n’aient terminé.

Je n’ai jamais été aussi conscient du fonctionnement d’un système MHEV que dans la CX-90. Chaque fois que le 6 cylindres redémarrait après s’être arrêté, le VUS tout entier se mettait à trembler et les vibrations et le bruit du moteur pénétraient immédiatement dans l’habitacle. De manière frustrante, à partir d’un arrêt complet, une mauvaise communication évidente entre la transmission et la technologie hybride se traduisait par une hésitation gênante au moment de l’accélération, suivie d’une poussée d’énergie. Souvent, j’ai juré que la transmission ne savait pas si elle devait sélectionner la première ou la deuxième vitesse lors d’un décollage à partir d’un arrêt mort, étant donné le délai d’activation.

2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre

L’avantage, c’est que le nouveau 6 cylindres en ligne 3,3 litres turbocompressé offre une grande puissance et des bruits gratifiants lorsqu’il est sollicité. Sur les GT-P et Signature, le groupe motopropulseur développe jusqu’à 340 ch et 369 lb-pi de couple, et ils sont perceptibles. La boîte de vitesses à 8 rapports qui l’accompagne, lorsqu’elle est sollicitée, offre des changements de rapports nets et presque sans faille. Cependant, même avec les meilleures intentions du monde, une moyenne de moins de 11 litres aux 100 kilomètres semble presque impossible.


Pas la conduite confortable que j’espérais

Ma déception à l’égard de la Mazda CX-90 2024 se poursuit avec un manque presque total de raffinement sur la route. Par moments, le système entièrement indépendant (multibras à l’arrière) absorbe avec désinvolture les irrégularités de la chaussée. La plupart du temps, les amortisseurs, malgré la solidité de la plate-forme, sont incapables de contrer les variations d’amplitude, qu’elles soient légères ou fortes. Les roues de 21 pouces en sont probablement responsables, mais même ainsi, les petites variations de surface répétées se sont infiltrées dans l’habitacle, secouant les occupants.

2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre

Sur le bitume, le CX-90 a démontré qu’en tant que Mazda, il est davantage conçu pour une tenue de route sportive que pour un confort absolu. La bonne nouvelle est que la pédale de frein et la direction sont également réglées par Mazda, ce qui, dans ce cas, est synonyme de réactivité et de performance.


Un style pour ceux qui dépensent

L’une des tendances actuelles les plus ennuyeuses consiste à déstructurer visuellement les modèles de finition inférieure afin de pousser les acheteurs à dépenser plus — cette tendance n’est pas propre à Mazda. Les versions GS et GS-L, en photo, ne peuvent rivaliser avec un Kia Telluride à 50 000 $ par exemple. En passant à la version GT (55 000 $ et plus), les détails extérieurs s’éclaircissent et les barres de toit sont de série.

2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre

Le modèle Signature de 63 300 $ que nous avons testé avait fière allure : il était peint en rouge Artisan (500 $) et chaussé de jolies jantes de 21 pouces. Le potentiel visuel de la CX-90 est mis en valeur et elle est attrayante, comme l’ont d’ailleurs pensé de nombreux badauds.

L’habitacle est lui aussi de toute beauté. Les intérieurs Mazda sont des chefs-d’œuvre de simplicité volontaire, mais la CX-90 présente une petite particularité. S’adressant, je suppose, à un acheteur plus âgé, le bloc central comporte une série complète de commandes de chauffage, de ventilation et de climatisation qui sont facilement accessibles. Elles complètent l’écran de 12,3 pouces de la Signature (10,25 pouces sur toutes les autres versions) qui est manipulé par le contrôleur HMI amélioré de Mazda. Bien qu’il soit plus convivial, il reste une source de distraction pour le conducteur, car suivre le pointeur sur l’écran est une étape supplémentaire pour accéder à la fonction désirée.

2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre

Les deux premières rangées de sièges sont assez confortables, offrant beaucoup d’espace pour les jambes et la tête, ainsi que des possibilités de rangement. La troisième rangée de la Mazda CX-90 reste un havre de paix pour les enfants, à condition qu’ils mesurent moins de 1,5 mètre. Lorsque la troisième rangée est relevée, le volume du coffre est limité à 423 litres, moins que beaucoup de ses concurrents, et lorsqu’elle est rangée, elle révèle un volume de 1 133 litres, largement suffisant pour les activités familiales habituelles.


Ou pas tout à fait ce à quoi je m’attendais

Sur le papier, le seul « problème » de la nouvelle Mazda CX-90 2024 est qu’elle est propulsée par un moteur 6 cylindres alors que de nombreux autres constructeurs automobiles se concentrent sur des moteurs 4 cylindres suralimentés, avec ou sans électrification. À tous les autres égards, la CX-90 brille. Mais dans la pratique, il n’offre pas grand-chose de plus que ses concurrents.

Aussi haut de gamme soit-il, Jeep, Volkswagen, Hyundai, Kia, Chevrolet et d’autres jouent la carte du haut de gamme et/ou proposent également une version plus robuste. Mon expérience avec le CX-90 m’a laissé sans raison concrète pour laquelle on l’achèterait plutôt qu’un autre VUS intermédiaire à trois rangées. Peut-être que mes attentes étaient trop élevées ou que des ajustements sont nécessaires…

2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre
2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre
2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre
2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre
2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre
2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre
2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre
2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre
2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre
2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre
2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre
2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre
2024 Mazda CX-90 | Photo: Matt St-Pierre

Articles Récents

Autres articles

Laisser un commentaire

Veuillez ajouter votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici