var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Essai routier / Volkswagen GTI 2015, oubliez Audi…

Volkswagen GTI 2015, oubliez Audi…

Le mythe de la GTI est l’un des plus forts de l’industrie automobile. C’est en quelques sortes l’une des seules voitures qui nous donne de véritables frissons dans le dos en la conduisant sans que l’on doive hypothéquer quatre fois sa maison.

Volkswagen Golf GTI 2015

Volkswagen Golf GTI 2015

Le mythe de la GTI est l’un des plus forts de l’industrie automobile. C’est en quelques sortes l’une des seules voitures qui nous donne de véritables frissons dans le dos en la conduisant sans que l’on doive hypothéquer quatre fois sa maison. Maintenant que nous en sommes à la septième génération, je me demandais bien …

Evaluation Sommaire

Habitacle - Espace - 75%
Habitacle - Style - 80%
Sur la route - Confort - 85%
Sur la route - Performance - 95%
Sur la route - Agrément de conduite - 95%
Économie - 90%
Hivers - 75%

85%

Votre évaluation: 4.75 ( 1 votes)

Maintenant que nous en sommes à la septième génération, je me demandais bien comment Volkswagen allait pouvoir encore améliorer ce petit bolide tant la sixième était extraordinaire. Alors que je pensais avoir atteint le nirvana du plaisir, j’ai pris le volant de la version 2015 et à peine quelques secondes plus tard, j’étais déjà et encore une fois sous le charme, même stupéfait.

Toujours la même recette

Volkswagen a cette capacité de complètement transformer une voiture toujours en maintenant un style qui demeure familier. Il ne faut pas donner un coup de regard trop rapidement entre les trois dernières générations pour causer une certaine confusion à notre cerveau. Oui, elles se ressemblent et évoluent à pas de tortue, mais malgré ce fait, la version 2015 est résolument moderne.

On récupère la fine ligne rouge qui transperce les blocs optiques d’un côté à l’autre en passant par la calandre. Les phares sont aussi amincis pour une signature visuelle plus contemporaine. Tout comme l’ancienne, on découvre avec plaisir les deux U en DEL qui ne font pas de mystère quant à la variante. Au niveau de la silhouette, deux éléments retiennent l’attention. Les jantes de 18 pouces en aluminium poli à deux teintes et la décoration de l’aile avant sont justes assez pour vivifier l’ensemble sans tomber dans l’excès comme c’est souvent le cas pour ce type de bolide. À l’arrière, c’est aussi assez sage, il faut même être proche de la voiture pour y voir une distinction par rapport à la Golf. La seule différence consiste en la présence de deux sorties d’échappements séparés par le diffuseur au lieu d’être côte à côte.

Volkswagen ou Audi?

Au-delà des performances (j’y reviendrais), cette GTI saisit par la qualité sans pareil de la fabrication et de la conception de sa cabine. Sans exagération, on parle ici d’un produit dont la facture s’apparente et dépasse dans certain cas ce qu’Audi nous offre. Les matériaux sont riches, l’assemblage ne pourrait pas y être mieux fait même si moine tibétain y avait consacré sa vie entière. Sérieusement impressionnant. On mélange les textures et les tons avec juste la bonne quantité d’appliques d’aluminium pour rendre le tout sportif.

Avec les années d’expérience, Volkswagen a compris que le pilote d’une GTI n’aime pas se laisser distraire. L’ergonomie y est donc sans faute avec des commandes bien positionnées et de généreuses tailles pour la manipulation. On retrouve un niveau d’équipement complet rempli d’accessoires tous plus agréable et pertinent les uns que les autres.

Au niveau du confort, la première ligne ne pourra pas donner de critique. Ils sont comme Volkswagen nous y a habitués avec les années. On propose une belle fermeté qui ne fatigue pas même sur de longues heures de route. Il faut également ajouter qu’avec la vocation de la GTI nous avons besoin de support, de beaucoup de support. Nous sommes bien servis. Le confort et la tenue sont tels que l’on fusionne presque avec la voiture, du moins j’en ai grandement eu envie.

Le coup de grâce

Si l’extérieur et l’habitacle nous charment, c’est à l’instant de donner vie au moteur que j’ai été frappé par un moment d’extase qui n’a cessé de croire durant la semaine d’essai. Il ne suffit que de faire une légère accélération pour mettre la table au réveil de ce L4 de 2.0 et son petit turbo. Dès lors, on sent la montée du régime au même rythme que nos palpitations cardiaques à mesure que les 210 chevaux se ruent. Alors que la DSG à six rapports fouette les tours/minute à la vitesse de l’éclair, notre pression sanguine, elle continue son ascension. Je dois l’affirmer encore , possiblement la 100e fois dans ma carrière, l’harmonie entre ce moteur et cette transmission est absolument parfait. Il n’y a rien à critiquer, même pas une toute petite chose.

Il faut ajouter qu’avec l’introduction de la plate-forme MQB qui soutient les TT et A3 2015, est tout aussi sublime. Sa rigidité nous donne l’impression que la GTI est construite dans un seul bloc. Personnellement, je n’avais jamais senti une grande solidité.

Comme la GTI a un caractère sportif, nous nous faisons grandement gâter par les ingénieurs de Volkswagen. Les suspensions sont permissives, mais restent très fermes. En virage, elles autorisent à la voiture de demeurer imperturbable, nous sommes collés à la route. Il faut dire que la direction nous accorde plus de confiance, car elle pointe aux millimètres près avec une incroyable précision. Elle vient avec une certaine lourdeur à haute vitesse qui s’atténue dès que l’on passe les portes de la cité. Volkswagen a bien compris que l’on ne désire pas constamment être en mode de performance. On offre même trois différents modes de conduite, Normal, Sport ou Individuel. Avec ce dernier, on peut adapter selon nos goûts la direction, les suspensions et… les feux directionnels!

L’agrément peut difficilement atteindre un tel niveau pour ce prix. La voiture nous procure tant de réjouissance que j’ai réellement fait d’innombrables détours pour que jamais ne cesse le plaisir. Je n’ai pas eu assez de courbes dans mes trajets pour me rassasier. Ce qui est d’autant plus choquant, c’est que la consommation est des plus raisonnable, tout simplement impressionnante.

Conclusion

À la lumière de mon essai, j’en suis venue à me demander si je me laisserai encore tenter par une Audi A3. Ma conclusion s’est faite assez rapidement pour que je me dise que je pendrais une GTI pour sauver les quelque 3 000 $ par rapport à l’A3 et que je les brulerais en essence pour prolonger le plaisir sans aucune culpabilité.

Prix : 34 295 $

Moteur : L4 2.0 litre DACT Turbo

Puissance : 210 chevaux de 4 300 à 6 200 tr/min

Couple : 258 lb-pi de 1 600 à 4 200 tr/min

Consommation (Ville) : 9.4 l/100km

Consommation (Route) : 6.9 l/100 km

Consommation (Observée) : 8.0 l/100 km

Images Volkswagen Golf GTI 2015

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut
?php $exemple_metas = get_post_custom(); if(isset($exemple_metas['make'][0]) && $exemple_metas['make'][0]!= '' && !is_category() && !is_home()){ echo("var make ='".$exemple_metas['make'][0]."';"); }else{ echo("var make ='';"); } ?> var sponsor ='';