var make ='';var sponsor ='';

PREMIER ESSAI: Toyota C-HR 2018

Le segment des véhicules utilitaires sport sous-compacts est en pleine croissance, et il aurait été inimaginable que Toyota s’absente de la fête encore longtemps.

Toyota C-HR 2017

Le constructeur nippon a cependant pris beaucoup de retard sur ses rivaux Honda, Mazda, Subaru, Nissan et autres, et développer un nouveau modèle à partir de zéro ou presque prend énormément de temps. Trop de temps. Heureusement, Toyota avait déjà un VUS sous-compact dans ses rangs, c’est seulement qu’il ne portait pas le bon emblème.

Né sous la bannière Scion et présenté à l’an dernier au Salon International de l’auto de Détroit, le C-HR était la solution idéale pour permettre à Toyota de rattraper son retard dans l’un des segments les plus « hots » de l’industrie.

Avec son style unique et dynamique, le modèle qui est devenu le Toyota C-HR 2018 a certainement l’avantage dans son segment en ce qui concerne le design. Comparativement aux autres modèles fades du créneau, le C-HR 2018 se démarque et s’est même fait remarquer à quelques prises lors de notre premier essai routier avec le modèle il y a quelques semaines. Il faut dire que notre modèle d’essai était peint d’une couleur du genre vert menthe métallique accentuée par un toit très blanc qui est loin de passer inaperçue.

Mais pour connaitre du succès dans un segment qui regroupe une panoplie de nouveaux modèles, il faut plus qu’un design réussi. Il faut aussi offrir de belles prestations à tous les niveaux, des performances jusqu’au confort en passant par l’économie d’essence, et le faire à un prix moindre ou à tout le moins équivalent à la compétition. À cet égard, le Toyota C-HR (pour Compact High Rider si cela vous intéresse) a quelques lacunes.

Modèles concurrents

Chevrolet Trax, Fiat 500X, Jeep Renegade, Honda HR-V, Mazda CX-3, Nissan Juke, Nissan Qashqai, Subaru Crosstrek

Premières impressions sur la route : Toyota C-HR 2018

Mentionnons tout d’abord que les ingénieurs de Toyota ont mis beaucoup d’efforts à accentuer les prestations sportives du C-HR 2018. Lors de ce premier essai, le manufacturier a voulu nous prouver qu’ils avaient réussi en nous menant à l’autodrome Saint-Eustache pour une petite séance de conduite sur circuit fermé.

Toyota C-HR 2017

L’exercice a permis de constater qu’en effet, le Toyota C-HR est assez aiguisé au niveau de la tenue de route, pour un modèle du genre évidemment. Et même si personne n’ira sur une piste avec son C-HR, il est tout de même rassurant de savoir qu’il est possible de changer de direction rapidement pour éviter un obstacle sans trop déstabiliser le véhicule. Il est capable d’en prendre.

Son moteur quatre cylindres de 2,0 litres développant 144 chevaux et 139 lb-pi de couple est jumelé à une boîte automatique à variation continue qui simule le rendement d’une boîte à sept rapports.

Ses prestations sont semblables à celles que nous retrouvons sur les autres modèles du segment. Il n’est pas rapide, mais les performances répondront aux besoins des acheteurs de ce créneau.

Toyota C-HR 2017 (intérior)

Il n’y a pas vraiment d’intérêt à jouer manuellement avec la boîte de vitesse qui livre un rendement honnête et sans fla-fla. La consommation de carburant moyenne annoncée est d’environ 8,0 litres aux 100 kilomètres, soit dans la bonne moyenne pour un VUS sous-compact.

Sur la route, le nouveau C-HR et sa direction précise rappellent le Mazda CX-3 lorsque l’on se balade sur une route sinueuse, mais son confort est supérieur. D’ailleurs, en matière de confort, de douceur et de silence de roulement, le C-HR 2018 est l’un des meilleurs VUS sous-compacts offerts à l’heure actuelle.

L’espace réservé aux passagers à l’avant est vaste et dégagé, mais on ne peut en dire autant de l’espace arrière qui est assez étriqué. Quant au coffre, il propose 538 litres avec tous les sièges en place ce qui est encore une fois dans la moyenne pour ce segment. C’est moins que le HR-V et le Nissan Qashqai, mais plus que le CX-3.

En résumé

Le Toyota C-HR 2018 propose un bel équilibre entre tenue de route sportive et confort tandis que son économie de carburant, les performances livrées par son moteur et son espace intérieur sont dans la moyenne pour le segment.

Toyota C-HR 2017

Versions et prix : Toyota C-HR 2018

Offert à partir de 24 690 $, le Toyota C-HR 2018 impressionne avec sa liste d’équipement à certains niveaux tandis qu’à d’autres égards, il est décevant.

Par exemple, il propose de série l’ensemble Toyota Safety Sense P qui inclut le régulateur de vitesse adaptatif, le système d’avertissement des sorties de voie, les phares automatiques et le dispositif précollision avec détection de piétons. De plus, le C-HR offre les sièges chauffants et les jantes de 17 pouces sans frais supplémentaires. La caméra de recul est aussi de série.

Toyota C-HR 2017

En contrepartie, cette caméra de recul projette son image sur un tout petit écran intégré au rétroviseur ce qui réduit grandement son efficacité. Puis, Toyota affirme que le C-HR vise une clientèle qui est jeune et active, mais le constructeur ne propose pas de systèmes Apple CarPlay ou Android Auto avec le C-HR, ni de toit ouvrant d’ailleurs. Il n’est pas possible d’avoir ces éléments, même pas en option.

Une seule autre version du C-HR est offerte. Cette dernière baptisée XLE Premium (26 290 $) ajoute le démarrage par bouton-poussoir, l’entrée sans clé, les jantes de 18 pouces et le système de surveillance des angles morts avec surveillance de la circulation arrière transversale.

Mais l’élément manquant qui fera le plus mal au Toyota C-HR 2018, c’est la traction intégrale. Ne la cherchez pas, elle n’est pas offerte. Quand nous savons qu’il est possible d’obtenir le rouage intégral dans tous les autres véhicules du segment à un prix souvent inférieur au prix de départ du C-HR, on ne peut que de contester la décision du constructeur japonais de ne pas l’offrir.

Selon Toyota, les consommateurs qui veulent absolument la traction intégrale pourront se tourner vers le RAV4, mais je pense plutôt qu’ils opteront pour un autre modèle chez un concurrent. Seul l’avenir nous le dira.

En conclusion

Trois points positifs du Toyota C-HR 2018

  1. Comportement routier aiguisé
  2. Technologies de sécurité impressionnantes offertes de série
  3. Confort appréciable

Trois points négatifs du Toyota C-HR 2018

  1. N’offre pas la traction intégrale
  2. Manque un peu d’équipement
  3. Version de base assez dispendieuse

Face à la concurrence

Le segment des véhicules utilitaires sport sous-compacts est en pleine croissance, et il aurait été inimaginable que Toyota s’absente de la fête encore longtemps. Le constructeur nippon a cependant pris beaucoup de retard sur ses rivaux Honda, Mazda, Subaru, Nissan et autres, et développer un nouveau modèle à partir de zéro ou presque prend énormément …

Evaluation Sommaire

Sur la route - Confort - 90%
Sur la route – Performances - 75%
Habitacle – Espace intérieur - 75%
Habitacle – Espace de chargement - 70%
Habitacle – Ergonomie - 80%
Rapport qualité/prix - 70%

77%

Votre évaluation: 3.93 ( 3 votes)

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut