var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Essais routiers de voitures Économiques et Écologiques / Premier essai routier Mazda MX-5 RF 2017 : laissez-vous vivre

Premier essai routier Mazda MX-5 RF 2017 : laissez-vous vivre

Une des directions que prend l’industrie automobile me chagrine pleinement. Vous avez surement lu plusieurs textes au sujet de la voiture autonome et malgré qu’elle soit inévitable, les experts ont beaucoup de mal à s’entendre sur la date, voir même l’année ou décennie de son arrivée.

Mazda MX-5 RF

Mazda MX-5 RF

Heureusement et entre-temps, Mazda continue de produire des voitures qui sont non seulement séduisantes, abordables et utiles, mais parmi les plus agréables à conduire dans leurs créneaux respectifs. La championne de ce lot est la MX-5 et la récente refonte de cette voiture a démontré le sérieux de Mazda. Contrairement aux attentes, et aux autres constructeurs, la Miata ND actuelle est moins puissante et lourde que la précédente. Ont-ils fait une grave erreur? De mon côté, je remercie Mazda de tout mon cœur.

Depuis 1989, la Miata a donné et fait plaisir à plus d’un million de propriétaires et si on se fie à Mazda, nous sommes très éloignés de la fin de la carrière de ce roadster hyper populaire. C’est à San Diego, dans le sud de la Californie, que j’ai fait connaissance de la toute dernière RF (Retractable Fastback), de son toit rétractable et sa portion arrière en arc-boutant.

Les stylistes de Mazda ont voulu donner un look plus profilé d’un coupé fastback à la RF. Selon leurs études, 80% de propriétaires de MX-5 équipées du toit rigide rétractable conduisent avec le toit en place. Le but était donc de créer une Miata aussi sexy capoté, que décapoté. Seriez-vous d’accord avec moi si je vous disais qu’elle me fait penser à la E-Type de Jaguar?

Mazda MX-5 RF

Avec un tel toit, l’habitacle de la voiture donne l’impression d’avoir migré vers l’arrière, créant par le fait même l’illusion que le capot est plus long, mais ce n’est pas le cas. Seuls les quarts arrière et le coffre ne sont pas partagés avec le roadster. Une fois au poste de pilotage de la Miata, on se retrouve dans un environnement familier puisqu’il est identique aux autres. En fait, il existe une seule exception et c’est la commande du toit placée à la base de la console centrale, du côté du chauffeur.

La MX-5 RF se veut la version plus cossue de la Miata et c’est ce qui explique pourquoi Mazda a installé un pavillon insonorisant sur deux des trois portions du toit. J’imagine que vous vous dites que la pénalité en poids pour avoir un tel type de toit ainsi que son mécanisme doit négativement affecter les performances. La question se pose, et se répond de la manière suivante : Ce n’est pas le cas.

Les ingénieurs de Mazda ont évidemment prévu le coup. Il est vrai que l’addition du toit ajoute 56 kg (113 lb), mais rien n’est perdu – Mazda n’aurait jamais permis une telle situation. Pour contrer le supplément, les suspensions ont été légèrement revues et la recalibration est basée sur le comportement routier du roadster. Les changements physiques à la suspension se limitent à une bague et une butée élastique à l’arrière.

La direction électrique dispose maintenant d’un peu moins d’assistance au point mort central ce qui exige un peu plus d’effort de la part du pilote. Les freins ont tout le mordant nécessaire, facilité par une pédale sensible et facile à doser.

Plusieurs incroyants pensent que le 4-cylindre de 2,0 litres est insuffisant pour engendrer des émotions fortes. Il est vrai que les 155 chevaux et 148 lb-pi de couple ne seraient qu’impressionnants chez une Mazda2, mais on doit en faire l’essai pour y croire. Aucun délai d’actionnement des gaz n’existe et l’accélération est immédiate. Les six engrenages de la superbe boite manuelle sont parfaitement étagés permettant à la MX-5 de boucler le 0-100 km/h en un peu plus de 7 secondes.

On s’entend pour dire qu’on ne fait pas affaire avec un dragster, mais une fois lancée, la MX-5 se pilote avec un sourire immense. Ce qui est ressenti lorsque l’on combine le roulis maitriser en virage, le son du moteur et le toit baissé est le gout de vivre, et le bonheur total. Rares sont les voitures qui réussissent un tel tour de force.

Le comportement routier de la MX-5 est prévisible et on ne peut s’en lasser. Son châssis neutre ne démontre aucune tendance au sur- ou sous-virage, ce qui la rend facile à conduire. On doit en faire l’expérience pour bien comprendre.

La Mazda MX-5 RF 2017 est déjà en concession et le prix d’entrée de gamme de la GS est de 38 800$. Tout ce qui manque est l’ensemble sport pour un supplément de 4 400$ et vous vous retrouvez avec la voiture parfaite.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut