var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Essais routiers de voitures Économiques et Écologiques / Premier Essai Jeep Compass 2017: un Jeep à vocations multiples

Premier Essai Jeep Compass 2017: un Jeep à vocations multiples

On pourrait dire qu’il y a deux grandes catégories d’acheteurs de véhicules utilitaires sport. D’un côté, il y a l’acheteur qui a un mode de vie dynamique et aventurier, mais qui désire que son véhicule soit assez docile et commode pour la vie de tous les jours. De l’autre côté se trouve l’acheteur qui veut un véhicule de tous les jours, mais qui exige que celui-ci détienne des capacités « hors route », au cas où elles lui seraient utiles, un jour.

Premier essai routier Jeep Compass 2017

On pourrait dire qu’il y a deux grandes catégories d’acheteurs de véhicules utilitaires sport. D’un côté, il y a l’acheteur qui a un mode de vie dynamique et aventurier, mais qui désire que son véhicule soit assez docile et commode pour la vie de tous les jours. De l’autre côté se trouve l’acheteur qui veut …

Evaluation Sommaire

Habitacle - Espace - 75%
Habitacle - Style - 80%
Sur la route - Performance - 70%
Sur la route - Agrément de conduite - 85%
Sur la route - Confort - 75%
Économie de carburant - 70%

76%

Votre évaluation: 3.23 ( 4 votes)

Chez Jeep, la grande majorité des acheteurs se classe dans la première catégorie. Du moins, c’est l’image que le constructeur désire projeter.

Entre le tout petit Renegade et l’intermédiaire Cherokee, se trouvaient le Patriot et le Compass, deux utilitaires compacts qui connaissaient un certain succès, grâce à leur abordabilité, mais qui étaient mal outillés pour concurrencer sans un segment qui offre de plus en plus de possibilités. L’an dernier, Jeep a tranché; le Patriot disparaîtrait et le Compass serait entièrement remodelé. La mouture 2017 se décline en quatre versions, soit les versions Sport, North, Trailhawk et Limited.

Une motorisation fade

Au coeur du Compass se trouve le quatre cylindres de 2,4 litres Tigershark Multiair qui développe 180 chevaux et 175 lb-pi de couple. La mauvaise nouvelle, c’est que ce moulin pourrait vraiment bénéficier de plusieurs chevaux additionnels. De plus, il est désavantagé lorsqu’il est couplé à la boîte de vitesse automatique à neuf rapports; la réponse se fait attendre une fois l’accélérateur enfoncé, et les changements de rapports ont semblé hésitants tout au long de notre essai.

En contrepartie, cette boîte contribue fort probablement à limiter les dégâts côté consommation. Lors de l’essai de la variante Trailhawk sur la route, nous avons obtenu une moyenne de 10,4 litres aux 100 kilomètres.

Premier essai routier Jeep Compass 2017

La version de base Sport peut être commandée en configuration 4×2, et celle-ci est livrée avec une boîte automatique à six rapports qui est franchement plus serviable. Une boîte manuelle à six rapports est également offerte sur les versions 4×2, qui permet, selon le constructeur, de réduire la consommation à 7,3 litres aux 100 kilomètres.

Une plateforme appropriée

Si le Jeep Compass était jadis basé une plateforme de Dodge Caliber truquée pour accommoder un VUS, la nouvelle cuvée adopte une toute nouvelle mentalité, en empruntant la plateforme de son petit frère, le Renegade.

Les modèles 4×4 sont munis du système Jeep Active Drive et, pour la version Trailhawk, du système Jeep Active Drive low, qui a un rapport de démultiplication de 20 à 1 permettant une conduite hors route extrême. Pour couronner le tout, cette dernière déclinaison offre une capacité de remorquage de 2000 livres.

Sur la route, les modèles Sport, North et Limited offrent une conduite plus douce que sur la version Trailhawk. Cette dernière étant munie d’une suspension spécifique, plus encline à être utilisée dans les sentiers, est moins adaptée pour le confort.

L’essai du modèle Sport sur plusieurs types de routes a permis de constater une docilité et une précision adéquates en conduite de tous les jours. La rigidité du châssis, combinée à la suspension munie de jantes Koni, permet une conduite facile et sans roulis. Points bonis pour la direction à assistance électrique, qui est nette et franche.

Un habitacle honnête

Dans l’habitacle, les sièges avant offrent un support idéal. Les places arrière, moins confortables, fournissent amplement d’espace pour les jambes. Une finition à saveur robuste domine le tableau de bord, certes, mais celle-ci est loin d’être brouillon. Les commandes sont à portée de main et le système Uconnect qui gère le centre d’infodivertissement est convivial et intuitif.

Le Compass 2017 peut être garni d’une panoplie de systèmes de sécurité qui le mettent à jour dans son segment avec, par exemple, le système de collision avant avec freinage actif et l’alerte de franchissement involontaire de ligne avec aide au suivi de voie. Hélas, le régulateur de vitesse adaptatif ne sera pas offert sur les Compass nord-américains.

Pour achever le tableau, le Compass offre un prix de base alléchant de 24 900$ pour le modèle Sport 4×2. Ça monte rapidement, par contre, lorsqu’on monte en variantes et qu’on empile les options.

Jeep désire vendre deux millions de véhicules dans le monde en 2017. Oui, ça passe par le développement de nouveaux marchés, et la production localisée dans ces marchés pour être compétitif côté prix.

Mais il était aussi impératif d’offrir un utilitaire compact capable de concurrencer dans un segment lucratif et en pleine croissance. Hormis quelques défauts comme la motorisation et le prix des déclinaisons supérieures, le Jeep Compass 2017 est à la hauteur, et plaira aux deux catégories d’acheteurs.

Images Jeep Compass 2017

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut