var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Essais routiers de voitures Économiques et Écologiques / Premier essai routier : Lexus ES 2019

Premier essai routier : Lexus ES 2019

*modèle pré-production

La Lexus ES a toujours été quelque peu isolée du reste de l’industrie automobile. Plus volumineuse qu’une berline de luxe compacte traditionnelle, elle n’a pas le niveau de raffinement ni les dimensions d’une berline intermédiaire même si c’est officiellement sa désignation.

Lexus ES 2019

*modèle pré-production La Lexus ES a toujours été quelque peu isolée du reste de l’industrie automobile. Plus volumineuse qu’une berline de luxe compacte traditionnelle, elle n’a pas le niveau de raffinement ni les dimensions d’une berline intermédiaire même si c’est officiellement sa désignation. Alors que les rivaux allemands de Lexus proposent une compacte et une …

Evaluation Sommaire

Confort - 92%
Espace intérieur - 91%
Polyvalence de l’habitacle - 85%
Performance sur la route - 84%
Agrément de conduite - 88%
Économie d’essence - 90%

88%

Votre évaluation: Soyez la première à évaluer ce véhicule!

Alors que les rivaux allemands de Lexus proposent une compacte et une intermédiaire (pensez à la Classe C et la Classe E ou encore la BMW Série 3 et la BMW Série 5), Lexus propose la IS et la GS avec la ES quelque part entre les deux. Elle vise des modèles comme la Nissan Maxima, l’Acura TLX, la Buick LaCrosse ou encore la Lincoln MKZ. Des modèles qui ne sont pas dépourvus de qualité, mais qui visent principalement le confort souvent au détriment des performances ou de l’agrément de conduite. En d’autres mots, des modèles fades qu’on oublie facilement.

L’ancienne ES était certainement une voiture raffinée, mais sa conduite était très peu inspirante. Comme c’est le cas avec tous les autres modèles récemment introduits par Lexus, le constructeur japonais a voulu changer cette réputation et par le fait même attirer une clientèle plus jeune à la gamme ES.

Lexus autant que Toyota vit une crise identitaire depuis quelques années. Tanné d’entendre que ses véhicules sont plates, le géant japonais a développé une nouvelle plateforme et maintenant quand un nouveau produit est dévoilé, on nous parle de position de conduite plus basse, d’une châssis plus rigide, de moteurs plus performants et d’une conduite beaucoup plus dynamique qu’auparavant.

Voici donc la Lexus ES 2019. Nouvelle plateforme, position de conduite plus basse, moteurs retouchés, tenue de route plus aiguisée et beaucoup, beaucoup plus de personnalité. Nous avons eu la chance de la conduire pour la première fois dans la région de Nashville au Tennessee où nos modèles de préproduction affichaient quelques défauts qu’on ne verra pas sur le produit final prévu en septembre.

Malgré tout, on a pu découvrir une ES qui est effectivement plus amusante à conduire, mais qui conserve tout de même deux de ses défauts les plus flagrants. Voyons ça de plus près.

Tout est nouveau

La septième génération de la Lexus ES est entièrement redessinée. L’habitacle est tout nouveau tout comme le design extérieur et les composantes sous la carrosserie. Lexus n’a cependant pas changé sa recette en matière de qualité de finition. Elle est exemplaire à tous les niveaux et quelques ateliers avant la conduite ont permis de découvrir que rien n’est laissé au hasard au moment de construire le véhicule.

Lexus ES 2019

L’obsession de Lexus est impressionnante. Tout est vérifié et revérifié à l’assemblage pour s’assurer, par exemple, que la carrosserie n’a aucune bosse ou défaut (visible à l’œil nu ou pas). Les différents logos sont posés avec une précision chirurgicale et tout est étudié, calculé et inspecté afin d’assurer un produit durable et fiable.

Voilà d’ailleurs un argument concret en faveur de Lexus. Vous n’aurez pas à vous soucier de la fiabilité de votre ES ni de sa durée de vie.

Sous le capot, la Lexus ES 350 propose toujours un moteur V6 de 3,5 litres, mais sa puissance passe à 302 chevaux comparativement à 268 pour l’ancienne génération. Le couple passe à 267 lb-pi, 19 de plus que l’ancienne ES.

La version ES 300h hybride est de retour pour 2019. Sa motorisation combine un quatre cylindres atmosphérique de 2,5 litres avec un moteur électrique pour une puissance de 215 chevaux et surtout, une consommation moyenne anticipée de 5,3 litres aux 100 kilomètres.

L’habitacle est plus vaste grâce à une nouvelle plateforme qui augmente la longueur et l’empattement de la voiture. Le tableau de bord est tout simplement spectaculaire. La ES a toujours dorloté ses passagers, mais cette nouvelle génération est dans un tout autre registre. C’est massif tout en étant raffiné et technologique sans être austère. L’espace est sans reproche dans le coffre également où plus de 450 litres sont disponibles. La version hybride est configurée différemment de sorte que les batteries ne viennent pas empiéter sur l’espace de chargement.

Côté équipement, on retrouve tout ce qu’on s’attend d’une voiture de luxe mis à part Android Auto. Oui, la Lexus ES 2019 a Apple CarPlay, mais les utilisateurs d’Android devront attendre avant de reproduire l’écran de leur mobile sur l’écran central de la ES.

Lexus tient toujours mordicus à nous obliger à utiliser un pavé tactile pour contrôler le système multimédia. Personnellement, je déteste cette interface. Elle est inutilement complexe et nous oblige à quitter la route des yeux plus souvent qu’on le voudrait pour parcourir les différents menus. Quand je disais plus tôt que la Lexus ES 2019 conservait quelques défauts de l’ancienne génération, en voilà un.

Une conduite plus aiguisée et même une version F Sport

Lexus a passé beaucoup de temps à nous parler de la personnalité plus sportive de sa nouvelle ES 2019. Une nouvelle variante F Sport s’ajoute cette année avec des jantes de 19 pouces, un style plus agressif, un aileron arrière et une teinte exclusive – Ultra Sonic Blue Mica 2.0. L’habitacle de la F Sport est aussi différent des ES « normales ». Une suspension adaptative capable de s’adapter autant à la ville et l’autoroute qu’à une route sinueuse.

Lexus ES 2019

Que ce soit la F Sport ou pas, différents modes de conduite permettent de rendre la ES plus sportive ou plus confortable.

Une fois sur la route, on remarque immédiatement que la ES est plus aiguisée et beaucoup plus agréable à conduire. La direction n’est plus vague et déconnectée comme par le passé tandis que la suspension réduit à zéro le roulis. Cela dit, on a toujours droit à un confort remarquable même si une route accidentée.

Est-ce que la ES est aussi précise et sportive qu’une BMW Série 3? Non. Elle l’est cependant beaucoup plus qu’une Buick LaCrosse, Acura TLX, Kia Cadenza ou Nissan Maxima. Elle est plus exclusive que ces modèles également et plus luxueuse.

Il est par contre décevant de constater que la Lexus ES 2019 n’est encore une fois offerte qu’en version traction. Pas de quatre roues motrices pour la berline de luxe Lexus. Or, on se demande vraiment pourquoi. Sans traction intégrale, les tempêtes de neige deviennent un problème et les limites au niveau de l’adhérence sont toujours à portée de main.

Les propriétaires de Lexus ES actuelle ont pu s’ajuster, mais on voit mal comment Lexus pourra convaincre des propriétaires de BMW, Mercedes-Benz ou Audi de passer à la ES quand ils ont toujours connu les avantages de la traction intégrale.

Malgré tout, la nouvelle ES n’est certainement plus une voiture plate ou sans vie. Elle offre même un compromis intéressant au niveau de l’espace entre une compacte et une intermédiaire tout en étant plus luxueuse que n’importe quelle autre voiture dans cette gamme de prix. La version hybride demeure une option intéressante également. Bref, si Lexus avait ajouté l’option de la traction intégrale et simplifié un peu l’interface du système multimédia, la ES 2019 aurait été impossible à critiquer.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut