var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Essais routiers de voitures Économiques et Écologiques / Premier Essai Routier: Nissan LEAF 2018

Premier Essai Routier: Nissan LEAF 2018

Conduire de manière consciencieuse, ou « verte » n’est plus une démarche simple. Autrefois, on sélectionnait la transmission manuelle jumelée au moteur à la plus petite cylindrée et on maximisait le rendement de notre voiture. En 2018, la situation est bien différente.

2018 Nissan Leaf

Conduire de manière consciencieuse, ou « verte » n’est plus une démarche simple. Autrefois, on sélectionnait la transmission manuelle jumelée au moteur à la plus petite cylindrée et on maximisait le rendement de notre voiture. En 2018, la situation est bien différente. Si les boites manuelles se font rares, elles ont aussi, depuis quelques années, été dépasser …

Evaluation Sommaire

Comfort - 90%
Performance - 85%
Interior Space - 85%
Exterior Design - 85%
Interior Design - 85%
Fuel Economy - 100%

88%

Votre évaluation: Soyez la première à évaluer ce véhicule!

Si les boites manuelles se font rares, elles ont aussi, depuis quelques années, été dépasser par les automatiques. Ensuite, on parle de la présence des sources d’énergie alternatives ainsi que de l’électrification. Pour vous donner une idée précise de ou nous en somme de nos jours, en moins de deux semaines, j’ai fait l’essai d’une Honda Clarity à pile à combustible, d’un Ford F-150 à moteur diesel et d’une toute nouvelle Nissan LEAF 2018.

L’électrification

Certes, le Ford est une bête complètement différente des deux autres. Cependant, le but étant de réduire la consommation et les émanations de gaz à effet de serre, le nouveau Power Stroke Diesel consomme environ 20% de moins qu’un moteur à essence pour une puissance équivalente. On appelle ça le progrès. Quoique j’ai de sérieuses réserves quant ’à la validité d’une voiture à hydrogène, force est d’admettre que la technologie fonctionne même très bien.

2018 Nissan Leaf

Ceci nous amène à notre Nissan LEAF, soit la première voiture 100% à être produite et vendue pour la consommation de masse. L’évolution dans le domaine de la voiture électrique procède à un rythme presque alarmant, mais, sommes toutes, se sont les consommateurs qui en bénéficient le plus.

La nouvelle LEAF se veut la voiture électrique abordable proposant la plus grande autonomie en ce moment avec ses 242 km. Je souligne le mot abordable, car la Bolt de Chevrolet se détaille pour environ 8,500$ de plus, soit presque 20% de plus. Vous allez me souligner que son autonomie de 383 km est environ 50% plus grande que la LEAF, mais ce supplément ne servira que rarement si on se fie au fait que le consommateur canadien moyen ne parcourt qu’environ 60-65 km par jour.

Puissance et confort électriques

La LEAF 2018 de Nissan arbore une batterie de 40 kWh, comparée à l’ancienne et ses 30 kWh – voilà ce qui explique le regain en autonomie. Ce qui est bien est que la batterie comporte le même nombre de cellules qu’auparavant, ne nécessite pas plus d’espace et s’intègre aussi bien dans la structure de la voiture. Une amélioration de 33% de la densité énergétique explique l’augmentation de la capacité de stockage d’énergie. À savoir, le poids de la nouvelle batterie a tout de même augmenté de 100 kg, ce qui n’est pas sans conséquence.

2018 Nissan Leaf

À l’aide de son moteur électrique de 110 kW, la LEAF dispose maintenant 147 chevaux (37% de plus) et 236 lb-pi de couple (gain de 26%). L’augmentation de puissance se fait remarquer en grande partie lors des reprises. D’un départ-arrêté, la LEAF est vive et accélère instantanément, comme tous les véhicules électriques. Les manœuvres de dépassement sont maintenant moins ardues et plus reposantes.

L’agrément de conduite et le confort de roulement sont presque exagérés chez une voiture électrique. La LEAF compose avec un châssis bien rigide et une suspension souple, et confortable. En campagne comme en ville, l’ample débattement des amortisseurs annule l’ensemble des imperfections de la route. Combinez ceci à un silence digne d’un tombeau et prendre la route en LEAF devient un réel plaisir. La direction est amorphe, mais précise et les freins font un bon boulot.

Utiliser des grands mots

Ne soyez pas victime des campagnes de publicité qui annoncent les accessoires e-Pedal et ProPilot comme étant révolutionnaire, et unique. En gros, ces technologies bien communes de nos jours se résument de la manière suivante.

2018 Nissan Leaf

e-Pedal est mode de conduite qui maximise le freinage régénératif et limite la puissance à l’accélération. La majorité des voitures hybrides enfichables et 100% électriques sont dotées d’ajustements de conduite pratiquement identique au e-Pedal.  ProPilot, de série chez les versions SV et SL, est un système d’entraînement autonome de niveau 2. Sa fonction principale est de soutenir le conducteur dans un cycle de conduite et fait appel au système de régulateur de vitesse intelligent. Son bon fonctionnement dépend d’une caméra frontale et d’un radar. ProPilot peut suivre le trafic et s’arrête complètement jusqu’à trois secondes après quoi le conducteur devra appuyer sur l’accélérateur. Sur l’autoroute, le système exige un signe de vie du conducteur toutes les 15 secondes environ. Ces deux technologies sont, par contre, efficaces.

Plus conventionnelle, beaucoup plus intéressante

L’arrivée de la deuxième génération de la LEAF adresse tout ce qui n’était pas, disons, idéal sur la première version. De toute évidence, le design de la carrosserie et de l’habitacle est de loin plus conservateur et plaira à une grande variété de consommateurs.

La gamme de prix, qui débute à 35 998$ sans les incitatifs, en fait un bien meilleur choix qu’auparavant. Ce prix inclut un câble de recharge en mesure de charger à la fois au niveau 1 (120v) et au niveau 2 (240v) grâce à un adaptateur. Nissan a pensé à tout.  Les arguments en faveur de la LEAF 2018 sont nombreux. Selon moi, il n’y a que la e-Golf de Volkswagen qui s’y rapproche.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut