var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Comparatifs - Voitures Économiques et Écologiques / Les voitures canadiennes à travers l’histoire

Les voitures canadiennes à travers l’histoire

Quand on regarde les nombreuses voitures sur nos routes, on cherche, souvent en vain, un signe de son appartenance au Canada. Il faut dire que l’industrie canadienne de l’automobile, même si elle va plutôt bien, n’offre pas de sites de conception de voitures typiques au Canada. Dans l’histoire, les voitures canadiennes sont dont plutôt rares, si on excepte quelques voitures québécoises.

manic-GT

À travers l’histoire cependant, quelques voitures ont été conçues et dessinées chez nous. Pour la plupart, elles sont passées dans l’oubli, ne rejoignant que quelques adeptes et quelques connaisseurs. Pourtant, l’histoire de l’automobile au Canada date de longtemps : en 1867 déjà, l’année de la Confédération, Henry Seth Taylor, un bijoutier et horloger, créait la voiture à vapeur qui porte son nom.

La machine, dévoilée lors de l’exposition de 1867 à Stanstead, peut atteindre la phénoménale vitesse de 24 kilomètres à l’heure. Ce qu’elle fera lors de sa première sortie publique. Le concepteur avait cependant omis un détail : les freins. La Taylor a donc roulé le long d’une colline et s’est écrasée au bas de la pente dès sa première apparition.

La Russel 14-28 n’aura, elle aussi, qu’une vie courte. Lancée en 1913, elle sera produite jusqu’en 1916, mais on devra changer la vocation de l’usine au profit des armes et des munitions.

Conçue par un financier américain et largement inspirée d’un modèle américain, la Brooks Steamer a été construite à Stratford, en Ontario, de 1923 à 1929. Elle fut la dernière voiture à vapeur construite au Canada. Elle peut atteindre une vitesse maximale de 56 km/h seulement (soit 35 mi/h). Seulement 180 seront produites avant la fermeture en 1929.

La dernière, mais non la moindre, c’est la Manic GT. Le premier prototype de la Manic GT fait ses débuts au salon de l’automobile de Montréal en avril 1969. La fabrication commence en octobre de la même année à Granby. Cinq véhicules sont produits chaque semaine et il y a une liste d’attente de deux mois pour les nouveaux clients. Malheureusement, Renault qui fournit la base de la voiture ne suffit pas à la demande, et Manic fermera en 1971 après avoir produit 160 véhicules.

D’autres voitures ont aussi fait l’objet d’une fabrication au Canada : la Le Roy, une voiture de luxe fabriquée seulement en 1903; la Pontiac Pathfinder de luxe, fabriquée à Oshawa entre 1953 et 1958; la McLaughlin-Buick, une voiture qui servira notamment de limousine au couple royal en visite au Canada en 1939; la Bricklin SV-1, dont la fabrication au Nouveau-Brunswick n’a pas dépassé 3000 unités et qui a été incluse dans la liste des 50 pires voitures de tous les temps.

L’ère moderne s’est ensuite amorcée, alors que de nombreux manufacturiers automobiles ont installé au Canada des usines d’assemblage. Les Chevrolet Camaro et Hyundai Stellar ont marqué la courte histoire de fabrication du Québec, mais encore aujourd’hui, General Motors, Ford, Fiat Chrysler Automobile, Toyota et Honda produisent chaque année des milliers de modèles en Ontario. L’industrie automobile canadienne est bien vivante, même si il reste moins de bannières créées chez nous.

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut