var make ='';var sponsor ='';
Accueil / Essais routiers de voitures Économiques et Écologiques / Essai Routier Subaru Outback PZEV 2013

Essai Routier Subaru Outback PZEV 2013

Subaru a le vent dans les voiles depuis quelques années, et la Subaru Outback n’est pas étrangère à ces succès.

Contrairement au Subaru Tribeca, son grand frère, la Outback est une référence dans sa catégorie, et continue à attirer les acheteurs même 3 ans après son lancement, et ce sans offrir de rabais incitatifs notables.

Performance
(8/10)

Performance Du Moteur
La Subaru Outback PZEV 2013 est équipé d’un moteur 4 cylindres de 2.5 litres de type Boxer dévellopant 173 chevaux et 174 lb-pi de couple, une légère amélioration par rapport aux chiffres l’an passée. La motorisation compte maintenant sur le contrôle actif des soupapes, une nouveauté dans la Outback en 2013 qui était déjà disponible sur les Impreza et Forester. Nous avons remarqué une légère amélioration de la performance par rapport à la Outback 2012 que nous avions essayé précédemment. Les accélérations sont promptes et la pédale répond rapidement, mais il ne faut pas se leurrer, la Outback n’est pas une voiture de haute performance.

Transmission
La Subaru Outback offre une conduite unique pour sa catégorie, mais ce sera à vous de juger si vous appréciez. En effet, la transmission CVT de la Subaru Outback lui confère non seulement un comportement particulier en accélération et en reprise, mais également une autonomie d’essence louable qui fait en sorte qu’elle se qualifie pour être présente sur Ecolo Auto alors que plusieurs membres de sa catégorie n’y sont pas, mais nous y reviendrons.

Pour saisir rapidement la différence entre une transmission automatique et une transmission CVT, il suffit d’appuyer sur l’accélérateur et le tour est joué. Un moteur avec une transmission automatique standard s’occupera de changer les rapports pour nous au moment le plus propice au type de conduite que nous avons entrepris. Lors d’une forte accélération, le moteur montera en régime et s’approchera de la ligne rouge, mais la transmission changera tout même de rapport avant que le moteur tombe dans la limite de révolutions. La majorité des conducteurs connaît bien le son du moteur qui accompagne la montée en régime et qui est ensuite suivi d’un changement de rapport réconfortant et un retour à la normalité.

Par contre, sur la Subaru Outback, la transmission n’a pas de rapports prédéfinis, et donc, elle ne change pas de vitesses de façon précise comme le fait une transmission automatique conventionnelle. Alors, lorsqu’on accélère, le tout se fait de façon très linéaire et il n’y a pas de coupure de puissance accompagnée d’un changement de rapports.

Il n’est pas possible de commander la Subaru Outback 2013 PZEV avec une transmission manuelle, mais vous pouvez par contre cocher cette option sur les versions 2.5i.

Comportement sur La Route
La première chose que l’on remarque en embarquant dans la Subaru Outback est la position de conduite. On n’a aucunement l’impression d’être dans assis dans un multisegment ou un utilitaire sportif, mais bien dans une voiture; ce qui pourrait s’avérer être un avantage pour certains et un désavantage pour d’autres. Cette impression de conduite se poursuit sur la route, où la Outback se comporte telle une voiture ayant une direction précise et un rayon de braquage très acceptable; une impression accentuée par le petit volant et les palettes derrière celui-ci.

La suspension contrôle bien le roulement de la caisse et se veut rassurante en virage, tandis que la direction est précise et bien adaptée au véhicule. Évidemment, nous ne pouvons passer à côté du système de traction intégrale asymétrique de Subaru, un des systèmes les plus performants de l’industrie et qui vous assure en tout temps une traction optimale, et qui fera en sorte que vous serez toujours à votre emploi sain et sauf les matins de tempêtes, pendant que vos collègues devront rebrousser chemin rattraper le travail perdu la fin de semaine suivante.

Confort
Les sièges de la Subaru Outback sont invitants et confortables, quoique la texture très rugueuse du tissu, la seule option disponible pour la version 2.5i PZEV, ne sera pas appréciée de tous. La position de conduite est agréable, et le siège conducteur offre le réglage électrique de série à partir de la version 2.5i Commodité, mais la fonction mémoire n’est pas disponible. En termes de confort sur la route, la Outback n’est pas au niveau de la Toyota Venza par exemple, mais offre un meilleur compromis dynamisme versus confort.

Sur autoroute, l’Outback surprend par sa stabilité et son silence de roulement, et les vibrations et impacts causés par la route sont bien contrôlés. Par contre, certains craquements se sont fait entendre pendant notre essai routier, et ce sans raisons apparentes et sans que nous puissions savoir ce qui aurait pu les causer. Par exemple, un craquement fatigant venant de l’arrière de la voiture se faisant entendre par intervalle, et ce que nous roulions sur chaussée dégradée ou non.

Visibilité et Conduite Urbaine

La visibilité est bonne dans presque toutes les situations, et, combiner avec cette direction précise et légère, facilite grandement les manœuvres en ville et les stationnements. Par contre, telles beaucoup de voitures de cette même catégorie et malgré les proportions raisonnables de la Outback, il demeure difficile de bien juger les manœuvres de recul, puisqu’il est impossible d’apercevoir les petits objets à moins de 3 pieds de la voiture.

MoteurPuissanceTransmission0-100 km/h80-120 km/hPoids
4 Cylindres Boxer / 2.5 Litres173ch @ 5600 tr/min / 174 lb-pi @ 4100 tr/minCVT / Manuelle 6 Vitesses (pas sur PZEV)9.7 sec8.1 sec1619kg

Habitabilité
(8.5/10)
La Subaru Outback est véritablement une voiture familiale de par son volume de chargement et son espace intérieure. Par contre, on parle ici d’une jeune famille, parce que 3 adolescents en arrière, ça ne fonctionnera pas.

Espace Intérieur
Donc, quand vient le temps de magasiner, assurez-vous d’emmener la petite famille avec vous au moins une fois pour que tout le monde s’assoie dans la voiture et offre ses commentaires. L’espace pour les jambes est supérieure à la moyenne à l’arrière, et les passagers avant auront également amplement d’espace. Par contre, le seuil du toit est bas, et les conducteurs de grandes tailles risquent de s’y frotter la tête.Le coffre est large et profond, et le hayon crée une ouverture commode et utilisable, quoique le seuil demeure élevé. Nous aurions aimer également plus d’espace pour vider nos poches, car les espace de rangements dans les portières et devant le bras de transmission sont tout juste suffisants.

Ergonomie et Autres
À l’avant, le tableau de bord imposant est facile à comprendre et à utiliser, et nous ne trouvons rien d’autre a dire, ce qui est bon signe quand vient le temps de discuter ergonomie. Le seul bémol: le sacrosaint système Bluetooth, qui non seulement est difficile à programmer, mais également de piètre qualité, la voix de votre interlocuteur provenant d’une petite boite en plastique dans la console centrale.

Bref, on voit que c’est une idée de dernière minute inspirée par la nécessité d’offrir cette option pour suivre la concurrence. Fait à noter, la voiture vient de série avec des supports de toit intégrés, qui, lorsque non utilisés, se rangent de façon incognito dans les longerons. Une idée toute simple, mais très commode.

LongeurLargeurHauteurEmpattementEspace CoffrePlaces Assises
4755 mm2050 mm1500 mm2750 mm857 litres 5

Écologie

La transmission CVT permet une économie d’essence accrue de l’ordre de 8 à 10% en comparaison avec sur une transmission automatique conventionnelle. Il est donc possible pour l’Outback, une voiture somme toute lourde, équipée d’une traction intégrale et offrant un volume intérieur substantiel d’offrir une consommation d’essence moyenne en dessous des 10 litres aux 100 kilomètres, tout de même intéressants pour cette catégorie.

N’oublions pas la technologie PZEV, qui sans améliorer la consommation de carburant en comparaison avec la version 2.5i standard, permet tout de même de réduire de presque 90% les émissions polluantes de notre véhicule. Le système PZEV comporte une série de modifications au moteur Boxer 2.5 Litres de Subaru et qui visent à réduire les échappements polluants du moteur.

Ces modifications incluent un système d’admission d’air revampé à double filtre qui élimine la majorité les vapeurs d’essence qui n’ont pas brulés lors de la combustion en les absorbant dans une boite au charbon. Ensuite, un catalyseur plus performant et optimisé comportant entre autres un grillage plus hermétique et enduit d’un métal spécial créant une réaction chimique en entrant en contact avec les particules polluantes de l’échappement permet de réduire les émissions nocives. Finalement, des injecteurs plus serrés sont insérés afin de réduire les fuites d’essence.

Alors pourquoi seulement 6 feuilles au niveau de la consommation d’essence? Parce que la Subaru Outback demeure une voiture gourmande et n’offre pas de versions hybride ou diesel comme certains de ces compétiteurs. Il s’agit donc d’un choix correct au niveau des utilitaires sports ou multisegments, mais il se fait mieux au niveau de la consommation de carburant, même dans la catégorie.

Consommation VilleConsommation AutorouteRéservoirCoût du PleinCoût Aller-Retour Montréal-QuébecEssence
8.6 l/100km6.5 l/100km7098$50$Ordinaire

En résumé
(8.5/10)
La Outback n’a pas connu un tel succès sans le mériter. Il s’agit d’une voiture économique offrant beaucoup d’espace, une performance intéressante, une conduite dynamique et un confort au-delà des attentes en plus d’être équipée de série avec une des tractions intégrales les plus performantes sur le marché. Il faut par contre s’habituer à sa transmission CVT, qui ne conviendra pas à tous, ainsi qu’à son prix de vente plutôt élevé combiné à un taux d’intérêt peu impressionnant et à des rabais somme toute inexistants de la part du manufacturier et des concessionnaires.

3 commentaires

  1. J’viens d’acheter une nouvelle Outback 2013 3.6R. Je voulais la 2.5i mais pas assez de puissance..

    J’en ai eu 4 Subaru, et m[eme avec les V6, ca reste des voitures pas trop gourmande

  2. Louis Clairemont

    Merci pour cette essaie, je remarque souvent que la dispo des modèle PZEV est limitée chez Subaru, dommage…

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*

Haut
?php $exemple_metas = get_post_custom(); if(isset($exemple_metas['make'][0]) && $exemple_metas['make'][0]!= '' && !is_category() && !is_home()){ echo("var make ='".$exemple_metas['make'][0]."';"); }else{ echo("var make ='';"); } ?> var sponsor ='';